L’art et la manière de couper les têtes

Avatar

Djinnzz

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture

Vous aimerez aussi...

7 Réponses

  1. AvatarLe Trolleur Fou dit :

    Merci Djinnzz pour cet article, une fois de plus, bien écrit et très intéressant 😉

    Toutefois, quelquechose m’échappe : Monsieur Guillotin souhaitait « humaniser » la façon dont sont tués les condamnés à mort (en cela, plus d’écartelage ni de ruade et autres atrocités…).
    N’est-ce pas chose faîte avec la louisette ? Pourquoi Monsieur Guillotin s’en défend puisqu’elle répond parfaitement à ces attentes !

    Après, si c’est le peuple qui aime le sang …. ❗

  2. AvatarDjinnzz dit :

    Bonjour Le Trolleur Fou!

    Je pense que Guillotin souhaitait rentrer dans l’histoire pour le concept de l’égalité de tous citoyens devant la peine de mort. Une idée tout à fait louable pour mettre fin à des siècles d’abus dans ce domaine.

    Voir son nom associé à la simple machine de mort – qui reste une machine froide, puissante et violente – devait lui paraître trop réducteur et ne rendait pas hommage à son action politique.
    Il ne s’y est d’ailleurs pas trompé! L’imagerie populaire retiendra évidemment le docteur Guillotin comme cet affreux bonhomme qui inventa une machine ignoble… Une image qui lui restera à jamais gravée dans la peau malgré ses efforts pour s’en défaire de son vivant.

    L’Histoire peut parfois être cruelle! (qu’on pense à La Palice qui subit à peu près le mêm destin, dans un registre certes différent: http://www.etaletaculture.fr/bref/ce-pauvre-la-palisse-netait-pas-un-idiot/ )

  3. Avatardedale dit :

    petite question: entre 1977 et 1981, on utilisait plus la guillotine? bizarre

  4. AvatarDjinnzz dit :

    @dedale: La peine de mort a été officiellement abolie en 1981. Néanmoins, le dernier condamné à mort qui a eu la tête tranchée a été un certain Hamida Djandoubi, le 10 septembre 1977, pour avoir torturé puis tué son ancienne maîtresse.

    Pour répondre à votre question, donc, entre 1977 et 1981 la guillotine était encore en service mais n’a pas été utilisée.

  5. AvatarPhilippe dit :

    Les voleurs, à m

  6. AvatarPhilippe dit :

    Les voleurs, à ma connaissance, n’étaient pas ébouillantés, c’était le privilège des faussaires. C’était un crime de lèse majesté et donc méritait un supplice exemplaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.