[Monuments de Paris] Quand la grotte du Luxembourg devient la fontaine des amours

Vous avez aimé cet article ? N'oubliez pas de soutenir le blog sur Tipeee! Un beau geste, facile à faire, et qui permettra à EtaleTaCulture de garder son indépendance et d'assurer sa survie...

(Et en plus, ça donne accès à du contenu exclusif et/ou en avant-première !)

Spritz92

Amateur d'Histoire et de Paris

Vous aimerez aussi...

10 Réponses

  1. gerard01 dit :

    Une bien jolie histoire pour une bien jolie fontaine Merci pour la visite guidée

  2. Klaire dit :

    J’aime bien cette fontaine, surtout pour son cadre très agréable (elle est bordée d’arbres ce qui en fait un coin très rafraîchissant quand il fait chaud) ! J’y vais souvent aux beaux jours <3

  3. PassionMytho dit :

    Ce n’est pas gentil pour Nérée de le qualifier de dieux de « seconde zone » ! Il est certes moins connu que Neptune, mais le « Vieillard de la mer » (c’est son surnom) a donné naissance aux 50 Néréides qui forment le cortège de Poséidon, ce n’est pas rien.

    Au passage, je crois bien que Galatée s’écrit sans « h ». Son nom veut dire « blanche comme le lait ». Les amoureux du chocolat blanc se souviendront de la marque Galak, emblématique des années 80 !

    À ma connaissance, et d’après le livre que j’ai sur la mythologie gréco-latine, il n’existe que deux versions de la légende entre Galatée et Polyphème.

    La première est écrite par Théocrite, et Polyphème y est décrit comme un simple amant, pas comme un cyclope. Il est éconduit mais ne rentre pas pour autant dans une rage folle…
    La seconde est plus connue, c’est celle d’Ovide dans les Métamorphoses. Cette fois, Polyphème est bien le cyclope que l’on connaît, il est bien éconduit à cause de ses traits hideux. La suite, vous la racontez dans l’article…

    Dans une villa romaine de Pompéi, il y a une fresque où on voit Galatée et Polyphème enlacés.

    Cet épisode sera repris à de nombreuses reprises dans la peinture et dans la littérature mais, bizarrement, une seule fois en sculpture (la fontaine Médicis) : c’est aussi cet aspect qui rend la fontaine Médicis unique.

    Désolé pour ce long commentaire, mais après tout le concept de ce site n’est-il pas d’étaler sa culture ? 😉

    • Léon dit :

      Vous avez raison pour le h de GalatHée… après vérifications, il n’y en a pas (grand dictionnaire Larousse de la mythologie). J’en aurais pourtant mis un aussi de mon côté, comme quoi…

      Petite info trouvée après recherches et que je partage avec vous :
      Acis et Galatée est aussi un opéra de Lully en 1686. Je ne l’ai jamais vu à l’affiche d’un quelconque opéra ceci dit !
      Argument de l’opéra : Les deux bergers Acis et Télème aiment respectivement Galatée, nymphe de la mer, et Scylla, bergère. Le cyclope Polyphème arrive alors dans un énorme fracas. Pour le calmer, Acis intervient et accepte la fête que Polyphème veut organiser en son honneur.
      Acis, désemparé, décide d’affronter le cyclope, ce qui équivaut à peu près à un suicide. En voyant cela, Galatée avoue à Acis son amour et explique les raisons de son attitude. Les deux amants sont sur le point de se marier, lorsque Polyphème découvre la vérité.
      De colère, il écrase son rival avec un rocher. Galatée se réfugie dans la mer. Le dieu Neptune ressucite Acis et le transforme en fleuve. Acis et Galatée se trouvent ainsi réunis pour l’éternité.

    • Spritz92 dit :

      Oui, Galatée vient de perdre son « h ». Merci pour la remarque. Cela étant, elle a été trouvée, son « h » à la main, dans un document de référence et cette « erreur » s’est perpétuée dans l’ensemble de l’article. Voilà donc l’erreur corrigée.

  4. HGW dit :

    J’ai une question : on ne voit pas bien sur la photo, Polyphème est-il bien représenté avec un seul œil, ou avec deux yeux ?

    Merci.

  5. marietoussaint dit :

    La lecture de cet article m’a fait remonter un très vieux souvenir du temps où j’étais au lycée. On étudiait les Nouvelles Orientales de Marguerite Yourcenar (je conseille ce livre à tout le monde), et l’une d’entre elles s’appelait L’homme qui a aimé les Néréides.

    L’histoire d’un homme qui, sur une île grecque, rencontre des Néréides. Il est immédiatement séduit par ces femmes langoureuses et attirantes… Mais les Néréides sont des femmes dangereuses !

    Aussitôt après qu’il ait fait l’amour avec elles, il perd la vue, la parole et bien sûr la raison…

    Je ne blâme donc pas ce pauvre Polyphème, Galatée l’a tout simplement rendu fou lui aussi !

  6. Paraguy dit :

    Merci pour l’article, toujours très intéressant !
    Cette série sur les monuments de Paris me fait à chaque fois bien plaisir.

    Pour quand le prochain, et quel sera-t-il ?
    signé : quelqu’un d’impatient !

  7. Spritz92 dit :

    Le prochain monument est en bonne voie. En espérant qu’il vous plaira. Il aura un rapport avec la musique et sera sans doute de narration un peu différente. Merci de votre impatience. Mais je ne peux en dire plus…

  8. Scaramoushe dit :

    Zeus ou Jupiter ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *