L’expérience interdite de James IV, roi d’Écosse

Avatar

Djinnzz

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture

Vous aimerez aussi...

18 Réponses

  1. AvatarJean dit :

    Excellent résultat !
    Le fond et la forme sont très bons. Merci !

  2. AvatarKotchi dit :

    Ça faisait un bout de temps qu’on n’avait pas vu votre frimousse en vidéo maître Djinnzz.
    Toujours aussi intéressant, que ce soit par écrit ou à l’oral !

  3. AvatarÉdith D. dit :

    J’ai vu la vidéo sur Facebook.
    Étrange parti pris que de choisir  » experience de James IV, sur laquelle on ne sait rien, plutôt que celle de Frédéric II du saint Empire, qui est documentée.
    Mais pourquoi pas…

    Format plaisant à écouter et lire ceci dit, j’attends les autres avec impatience

  4. AvatarYann dit :

    Les vidéos me gonflent, si on e’ veut, y’a la télé pour ça…
    Je m’en contente pour ma part de résumé donc…

    Les bébés ont besoin de communication pour survivre. Le lait et le sommeil ne suffisent pas. La communication est aussi un élément indispensable à la vie. L’être humain est un être social, il n’y a pas que le « biologique » qui lui permet de vivre, mais le « social » également.

    • AvatarCoco dit :

      Je vois que je ne suis pas le seul dans ce cas-là. Lol
      En fait, ce qui est chiant avec les vidéos c’est qu’on est obligés d’activer le son et que ça dérange tout le reste de la maison. Je préfère naviguer sur le net en mode silence lol.

  5. AvatarUnimot dit :

    Video qui a plus de 1000 vues sur Facebook en moins d’une heure et seulement 50 sur YouTube… On voit où se trouve la communauté de ce site 🙂

    • AvatarKotchi dit :

      Ça se voit rien que sur le format carré de la vidéo : adapté à Facebook et Instagram, beaucoup moins à YouTube.
      A moins d’être un YouTubeur « star », c’est dur de monter plusieurs comunautés en même temps, étant donné que les fans suivent rarement un même compte sur 3 plate-forme à la fois.

    • AvatarUnimot dit :

      @kotchi : perso, je ne suis ni de la communauté Facebook, ni de celle de YouTube… Je suis seulement les nouvelles publis sur mon Feedly 🙂

  6. AvatarJean-claude dit :

    Lors du festival de Cannes de 1959, Truffaut a présenté son film les 400 coups. Il y a fait cette étonnante déclaration :

    « C’est à l’expérience de l’empereur Frédéric que nous avons pensé en écrivant le scénario des 400 coups. Nous avons imaginé quel serait le comportement d’un enfant ayant survécu à un traitement identique, au seuil de sa treizième année, au bord de la révolte. »

    En fait, je ne suis pas sûr que Truffaut ait bien compris l’expérience interdite car le héros de son film n’a jamais été isolé… Il est seulement victime d’injustice qui le pousse à s’enfoncer dans la rébellion.

    Mais la référence méritait d’être soulignée… Après tout, je ne suis pas le seul à « étaler ma culture sur ce site ».

  7. AvatarPhilomene dit :

    Je suis professeur de chant… Je ne peux m’empêcher de vous dire que vous avez un défaut de respiration : apprenez à parler avec le ventre et non avec la gorge… Vous serez plus décontracté face à la caméra et votre voix sera plus posée.
    #ConseilGratuit

    Le sujet, et surtout sa conclusion, très intéressants néanmoins.

    PS : je sais que donner un conseil comme ça dans un commentaire est parfois mal vu. Je me remets juste de le faire car c’est mon métier et par sympathie à votre égard car j’apprécie beaucoup votre travail depuis plusieurs années.

  8. AvatarVivre Heureux dit :

    Six bébés.

    Six bébés recueillis dès leur naissance.

    Six bébés qui dépérirent et qui finirent par mourir.

    Tous sont morts. Sans exception.

    C’est ça, l’expérience de Frédéric II que James IV voulut reproduire.
    Il voulait absolument découvrir quelle était la langue de Dieu. Plus simplement, il voulait découvrir quelle était la langue naturelle de l’être humain c’est-à-dire quelle langue parlerait un bébé si on ne lui donna aucune indication dès sa naissance.

    Il ordonna ensuite à des nourrices de subvenir à leur besoin physiologique à savoir les alimenter, leur donner à boire, les nettoyer et les changer pour qu’ils soient propres.

    Mais tout cela avec plusieurs conditions :

    Ne jamais leur parler
    Ne jamais babiller avec eux
    Jamais leur exprimer de l’empathie
    Jamais le droit de les câliner
    Et jamais le droit de jouer avec eux.
    L’isolement affectif total.

    Vous l’avez compris, les nouveau-nés étaient isolés et n’avaient pas du tout la possibilité d’avoir des interactions avec les nourrices missionnées spécialement pour cette expérience.

    Maintenant, permettez-moi de vous interrompre.

    Prenez deux secondes pour imaginer comment serait votre vie sans affection.

    C’est bon ?

    Terrible, n’est-ce pas ?

    Vous n’êtes pas au bout de vos surprises.

    En effet, comme je l’ai dit en début de l’article, voici les résultats édifiants : tous les bébés finirent par mourir sans avoir dit un seul mot.

    Tous, sans exception.

    Étonnant non ? Surtout que tous leurs besoins physiologiques étaient assouvis.

    Seulement, il s’avère que cela n’a pas suffi.

    Le fait d’avoir été isolé et d’avoir été privés de relations leur a été fatal.
    Ils périrent par manque d’affection.

  9. AvatarOrson dit :

    Cette expérience fait écho à celle d’un psychanaliste américain du nom de Spitz qui réalisa une expérience dans les années 40 :
    2 groupes de bébés observés, le premier dans un orphelinat, sans affection particulière de la part du personnel qui s’occupait d’eux.
    Le second dans une prison, dont les mamans pouvaient donner autant d’amour et d’affection à leurs enfants.

    Et Spitz étudia les différences de développement entre les 2 groupes d’enfants. Les bébés élèves sans affection avaient bien sûr beaucoup plus de retards psycho-moteurs que ceux qui étaient élèves dans l’orphelinat.

    Ces traumatismes d’enfance se répercutent évidemment à l’adolescence puis à l’âge adulte. L’absence de tendresse durant l’enfance est une véritable fabrique de gens asociaux, pervers voire sociopathes.

    C’est bien triste… Tous les enfants méritent l’amour de leurs parents.

  10. AvatarJool dit :

    J’ai retrouvé le compte-rendu d’un moine sur l’expérience de Frédéric II :

    En 1211, l’empereur prit donc des enfants (le nombre varie de deux à plusieurs douzaines selon les récits) et les cloisonna. Le moine Salimbene nous raconte la suite :

    « Aussi demanda-t-il à des nourrices d’élever les enfants, de les baigner, de les laver, mais en aucune façon de babiller avec eux ou de leur parler, car il voulait savoir s’ils parleraient l’hébreu, le plus ancien des langages ou le grec, ou le latin, ou l’arabe, ou peut-être encore le langage des parents dont ils étaient issus.
    Mais il œuvra pour rien, car tous les enfants moururent… En effet, ils ne pouvaient pas survivre sans les visages souriants, les caresses et les paroles pleines d’amour de leurs nourrices.

    — Salimbene, Chronique

    Rien sur l’expérience de James IV, par contre…
    Je me demande pourtant s’il est vrai que les enfants soient tous morts. Ca me paraît un peu trop gros pour être vrai !
    D’autres enfants sauvages ont existé : ils avaient certes de gros retards de développement mais ne sont pas morts pour autant…
    Je soupçonne la fake news historique ! Mais nous n’aurons aucune façon de le savoir…

  11. AvatarHopi dit :

    Commentaire vu sur Facebook qui m’a semblé très pertinent :

    « Merci pour la vidéo!
    Les conséquences néfastes du manque de liens affectifs privilégiés avec un nourrisson sont connus depuis plusieurs décennies en psychologie. Lorsque ce manque de liens affectifs est présent dès la naissance cela conduit à l’hospitalisme. Lorsqu’il y a rupture de liens ayant pu être créés cela donne une dépression anaclitique.
    En gros, les nourrissons se laissent mourir (refus de manger notamment). C’est notamment pour cela que les nourrissons des orphelinats où le nursing est réalisé de manière indifférencié connaissent une si grande mortalité.
    L’établissement d’un lien affectif privilégié est un besoin vital! »

  12. AvatarJoss dit :

    Beaucoup ne manquent pas d’étaler leur culture dans les commentaires…
    Quant à moi, ignare que je suis, je dois me contenter de saluer le très bon travail que vous faites.
    Grâce à vous, j’en apprends tous les jours !
    Bonne continuation

  13. AvatarBribeo dit :

    Je me rappelle de Natacha, une fillette de cinq ans, qui a été retrouvée à Tchita en Sibérie en mai 2009. Délaisse par sa famille, elle était enfermée dans une pièce insalubre avec des chats et des chiens : elle se comportait comme un chien, lapait, sautait et aboyait pour communiquer.

    Un vrai drame humain… Qui ne s’est pas soldé par la mort de l’enfant toutefois, mais à causé des dommages irrémédiables sur son équilibre.

    https://www.ladepeche.fr/amp/article/2009/05/27/613075-russie-petite-natacha-va-devoir-apprendre-vivre-humains.html

  14. AvatarArtus dit :

    Les pauvres gamins sacrifiés pour une expérience débile… Affligeant, d’autant plus qu’il s’agissait de monarques cultivés et non de brutes épaisses !

    C’est le fait que ces enfants soient maltraités et morts « au nom de la science » qui me choquent terriblement.

  15. AvatarJoe l'arnak dit :

    D’une part merci pour ce petit résumé, et pour cette histoire pour le moins curieuse et interessante.
    Cependant je trouve l’approche stupide. Il suffit de regarder le vivant pour comprendre que la vie n’est pas seulement « physiologique ». En effet, nous vivons aussi par et pour nos interractions. Et tous les mamifères vivent de cette manière (je dis cela compte tenu de mes maigres connaissances en la matière), aussi il est aisé de comprendre que nous fonctionnons par mimétisme, et qu’il n’est rien que l’on sache faire qu’il ne nous ai été montré auparavant. Une fois adulte, nous poussons juste les conceptes en les intellectualisants et en les pratiquant par passion ou curiosité ou que sais-je encore.
    Un enfant stimulé au maximum par des langues différentes, des attentions particulières, des sensations différentes, etc etc, sera plus « construit » qu’un autre délaissé totalement.

    Pour aller plus loin, nous avons l’iné et l’appris.
    L’iné est d’ordre divin (non pas que je ramène ma propre croyance hein, mais simplement par définition, on ne sait pas l’expliquer et c’est le coeur de cette expérience je suppose).
    L’appris l’est par mimétisme et/ou stimulations diverses.
    L’iné est selon moi tellement complexe, se rapportant à tellement de paramètres différents, que l’on préfère invoquer le divin plutôt que d’avouer que l’on y comprend rien (ce qui revient au même xD).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.