[Rome antique] Jules César, du triomphe à la chute

Djinnzz

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture

Vous aimerez aussi...

12 Réponses

  1. Ynigvi dit :

    Plutôt que « Tu quoque , mi filii » les historiens pencheraient pour un « καὶ σὺ τέκνον », en grec ancien qui était la langue naturelle de César (et de tous les autres romains de caste supérieure d’ailleurs.)

  2. Djinnzz dit :

    C’est vrai que la plupart des Patriciens parlaient également couramment le Grec, la langue de l’élite romaine…
    Désolé pour cette imprécision et merci pour la correction! 😳

  3. Ynigvi dit :

    Enfin, cela reste des textes rapportés, dont les sources diverges énormément, on a donc aucune certitude. 😉

  4. George J. dit :

    La qualité de ce dossier sur la Rome antique est tout simplement exceptionnelle. J’avale les phrases, je dévore les articles.
    Merci, Monsieur, pour ce bonheur que vous nous offrez!

    George J.

    • Djinnzz dit :

      En voilà un gentil compliment!
      Merci beaucoup! 🙂

  5. P RICART dit :

    il y a un livre extraordinaire qui se lit comme un roman : Conspiration de Robert HARRIS ; ce sont les mémoires de TIRON le fidèle secrétaire de Ciceron et cela couvre toute cette période.

  6. clytemnestre dit :

    Pourquoi dis tu qu’il n’a jamais été empereur? Car il n’a jamais été couronné comme tel? Merci de m’éclairer 🙂

  7. Arnaud dit :

    En -509 avait eu lieu le renversement du dernier des 7 rois de Rome, Tarquin le Superbe, et Rome devint une république,
    Rome n’est désormais plus un fief que le roi peut partager entre ses fils à sa mort, mais une chose publique, « Res publica », qui n’appartient à aucun prince en particulier mais à tous les citoyens.
    Le « président de la République » s’appelle le « Consul ». Afin d’éviter toute tyrannie, il n’y a pas un mais deux Consuls. Leur mandat est limité à 1 an, au cours duquel ils « règnent » chacun à tour de rôle, les jours pairs et les jours impairs !
    Par exemple, lorsque Jules César était Consul en -59 (soit longtemps avant ses hauts faits d’arme en Gaule), son co-consul était un certain Bibulus. Mais Bibulus restait calfeutré chez lui, laissant Jules César régner tous les jours, pairs comme impairs…

    Ce n’est qu’en -27 que Rome abandonna officiellement ce régime républicain pour devenir un empire. On passa alors de la « Res publica » au « Principat ».
    Octave, petit-neveu de Jules César et adopté comme fils par celui-ci, devient le premier empereur romain sous le nom d’Augustus.

    En +285, l’empire romain est désormais tellement grand qu’il en devient ingérable. Dioclétien le subdivise alors en deux sous-empires, l’un d’Occident, l’autre d’Orient. Il y aura désormais deux empereurs principaux (les deux « Augustes »), chacun secondé par un empereur adjoint (les deux « Césars »), et quatre « capitales », dont Trèves et Milan.
    A cette occasion le pouvoir impérial est également « divinisé » : l’empereur tient désormais son autorité non plus du Sénat ni du Peuple mais des Dieux, comme autrefois les monarques d’Egypte ou de Perse…. Ce faisant, Rome passe du « Principat » au « Dominat », et les empereurs romains s’appellent désormais « empereurs d’Occident ».

  8. Hugo dit :

    Je suis tombé sur ce site car je devais faire un exposé sur Jules César et j’ai adoré lire ce que vous avez écrit. Un grand bravo à vous.

    Hugo

  9. S.Levy18 dit :

    A-R-E-T-E-Z de tout spoliera en début d’article !!!

  10. S.Levy18 dit :

    Pauvre Jules… Et dites, Brutus, qu’est ce qui lui est arrivé après?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *