Les Rois Mages n’étaient pas trois !

Djinnzz

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture

Vous aimerez aussi...

42 Réponses

  1. Kristy dit :

    Ah! Enfin le grand retour de notre blogueur préféré! 🙂

    You made my day today 😎

  2. Djinnzz dit :

    Merci Kristy 😳

    Je vais tâcher de reprendre un rythme de publication un peu plus régulier cet été!

  3. Jean dit :

    Donc si on résume:

    – les rois-mages n’étaient pas 3
    – ils s’appelaient Melchior, Gaspard et Balthazar
    – ils n’étaient pas rois
    – ils sont venus célébrer le nouveau « roi des Juifs », alors que 33 ans plus tard ce dernier finira crucifié par ces mêmes Juifs…

    J’en conclus qu’on s’est bien foutus de ma gueule pendant toute mon enfance!

    • Teraltus dit :

      … et reste à savoir pourquoi :
      – la fête des rois est le premier dimanche de janvier
      – on mange une tarte ce jour-là
      – une tarte A LA FRANGIPANE (encore un coup du lobby des producteurs d’amande ?)
      – avec une fève dedans
      – et que celui qui a la fève est désigné « le roi » !

      Ce dernier point est étrange d’ailleurs, et j’imagine que cette tradition est postérieure à l’Ancien Régime… Une telle mascarade aurait pu être considérée comme un crime de lèse-majesté. Allez, du coup, je tente une théorie: et si le fait de tirer les rois était une coutume liée à la Révolution française, pour se moquer de la Royauté ?
      J’dis ça comme ça, en fait j’en sais strictement rien, mais ça ne m’étonnerait pas !

    • François Nitsch dit :

      C’est parce que tu n’as pas bien lu les écritures , parce que Jésus étaient le Roi des Juifs, car c’était le peuple de l’Alliance , mais il a fait son sacrifices expiatoire pour les Juifs et les gentils et à dit à ses apôtres d’enseigner toutes les nations , si tu veux je pourrai te donner des références Biblique . C’est simplement que les Juifs n’ont pas reconnu Jésus comme leurs Roi et donc comme le Messie qui venait accomplir les écritures, abolir la loi Mosaïque et donner un renouveau à la religion , puisque la religion Israélite était une religion d’attente de se Messie qu’il n’on pas voulu reconnaître, mais il on quand même mit l’écriteau celui-ci est le Roi des Juifs , mais il ne faut pas oublier que Jésus est ressuscité, le troisième jour , il a vaincu la mort pour que nous puissions par le repentir et le baptême pouvoir retourner un jour en présence de l’Éternel, notre Créateur .

    • masson dit :

      ami, Jésus es le roi des juifs et des non juifs il est Dieu annoncé par les prophètes ,vie parfaite, oint de puissance, offre sa vie pour nous donner le pardon(pour ceux qui le reconnaisse et le suive) ressuscite et reviendra nous chercher (1thess4-colos2…). Voila pour moi c’est le Roi des Rois toute mon espérance est en Lui, rien ni personne ne le détrônera

  4. Machin dit :

    C’est vrai qu’un chapeau de sorcier à la Fantasia ça serait plus sympa que cette hideuse couronne en carton.
    Chiche, j’essaye l’année prochaine, au risque de passer pour un fou aux yeux de ma belle famille! Mais là je pourrais répondre fièrement: ben quoi, vous connaissez EtaleTaCulture? 😆

  5. Roland dit :

    Une question demeure: d’où vient la tradition de la fève que l’on place dans la tarte à la frangipane?

  6. Djinnzz dit :

    @Jean: Et encore, on ne parle pas du Père Noël et la petite Souris! 😆

    @Roland: Tiens, c’est vrai, ça. D’où vient-elle, cette fameuse fève? Pas le temps de faire des recherches pour le moment, mais je garde cette question cruciale dans un coin de mon esprit! 😛

  7. Hyruqu dit :

    Je tiens à préciser quelques éléments:

    Peu après Tertullien dont vous parlez, c’est Origène qui signale que les mages étaient au nombre de trois. OK.

    Un texte, peut-être d’origine irlandaise, de la fin du 8ème siècle précise d’autres aspects: les noms des trois rois mages sont eplicités. Ils ont une consonance perse: Gaspar, Melchior et Balthasar. L’auteur inconnu précise même leur âge. Melchior est un vieillard, Gaspard, un homme d’âge mûr et Balthasar un adolescent.
    C’est ce qui apparait bien d’ailleurs dans le tableau de Mantegna qui sert d’illustration à l’article.

    Ces âges ne sont pas donnés au hasard et s’inspirent d’une série de sermons donnée par le pape saint Léon le Grand. Léon le Grand, au 5ème siècle, se sert des mages comme symbole de l’universalité du christianisme. En effet, dès la naissance du Christ rédempteur, non seulement les Juifs reconnaissent la divinité de Jésus (les bergers), mais également les non-juifs incarnés par les mages venus d’Orient.

    Vous le dites souvent dans vos derniers articles, les mythes/légendes/traditions sont à chaque fois détournés à des fins politiques ou religieuses puis se transforment en faits avérés à travers les siècles. C’est toujours intéressant de se plonger dans leurs origines comme vous le faites si bien, même si vos écrits sont vraiment vulgarisés (le prix à payer pour toucher le plus grand nombre, j’imagine). Notez que cela n’est pas péjoratif et que j’apprends moi-même souvent des choses ici, que je m’empresse d’aller approfondir dans la littérature ou sur d’autres sites moins grand public.

  8. AaA dit :

    « Que l’éternel te garde jeune Mc Donalds. »

    « Mais le hasard n’existe pas ! Diogène de Cynople l’a amplement démontré, le simple fait que je lève mon bras n’est pas le fruit du hasard mais la cause d’un enchainement de causes et d’effets qui se rallie à des millier de causes et d’effets et ainsi jusqu’à l’infini… »

    😆

    • fabz dit :

      *effet papillon

    • Sxilderik dit :

      Diogène de … Sinope 🙂

  9. Hyruqu dit :

    Pour répondre à une question ci-dessus concernant la tradition de la fève dans la galette des Rois:

    Tirer un « roi » parmi l’assemblée en se servant d’une fève est une tradition païenne qui a été introduite dans la culture chrétienne.

    Dans l’Antiquité, il existait la Fête des fous chez les Romains (« Ils sont fous ces Romains », se serait alors aussitôt exclamé Astérix….) La fête commençait le 16 décembre et s’appelait les Saturnales. Selon les croyances, lors d’un époque mythique où régnait en maître le dieu Saturne, il n’existait pas de différences sociales. Par nostalgie envers cette époque bénie (et très certainement pour faire plaisir à la plèbe et lui donnait l’impression le temps de quelques heures qu’ils n’avaient pas une existence si misérable que ça) les esclaves et les maîtres, les riches et les pauvres vivaient à Rome pendant trois jours sur un pied d’égalité. (j’ai du mal à croire en une réelle « égalité », mais bon passons, le problème est plus symbolique que pragmatique)
    Dans les maisons, on tirait alors au sort un roi des Saturnales qui était en quelque sorte le roi de la fête.

    À Athènes, au lieu de la démocratie (mais une démocratie « antique » à l’opposé de nos préceptes contemporains) certaines fonctions importantes étaient tirées au sort parmi certains citoyens.

    Entre l’Antiquité et le 14ème siècle, on perd la trace d’un quelconque usage du sort pour désigner un « roi ». C’est seulement au début de la Renaissance qu’on retrouve cette pratique.

    Il est difficile de démontrer le lien entre les pratiques antiques et celles de la Renaissance. Mais certains historiens en ont la conviction. J’ignore par contre de quels éléments ils disposent pour s’être forgé cette idée.
    Depuis, la tradition a perduré et nous est parvenue sous la forme d’une galette garnie d’une fève. La première attestation d’une « galette des Rois » remonterait à 1311 à Amiens, mais je n’ai pas de sources sérieuses pour en attester.

    Il existe également des anecdotes sur la nature de la fève. Au départ, il s’agissait d’une véritable fève – au sens du légume. Mais certains convives peu scrupuleux en profitaient pour l’avaler discrètement pour éviter d’avoir à réinviter l’ensemble des convives… Une fève en « dur » a donc été préférée pour compliquer la tâche de ces malotrus.

    Après la Révolution, on s’en doute, « tirer les Rois », fût-ce dans le respect de la tradition, n’étaient même pas envisagés si on ne voulait pas finir étêté. Pourtant, les citoyens tiennent beaucoup à cette tradition, alors bien implantée en France. Pour contourner le problème, on ne tire alors plus les « rois » et la galette des rois devient le « gâteau de la liberté ». Voilà de quoi caresser dans le sens du poil les Robespierriens en mal de têtes à couper…

    En tous cas, cette tradition fut longtemps considérée comme non-chrétienne. Au point que l’abbée Deslyons, au XVIIe siècle, condamne « les abominables restes du paganisme et continuations des saturnales ».
    J’imagine que plutôt que lutter en vain contre une tradition implantée profondément, l’Église décidé d’assimiler la pratique… Et c’est ainsi que des millions de Français pensent accomplir un rite chrétien lors de l’épiphanie, là où il s’agit tout au plus d’un tradition festive.

    J’espère que vous aurez pris le temps de lire ma bafouille rapide. C’est vrai que c’est agréable d’étaler sa culture en société, mais encore plus si les gens vous lisent.

  10. Machin dit :

    Hyruqu, le mec qui fait des commentaire encore pus long que les articles! 😕

    Pas sûr que je retienne tout ce que vous avez appris, même si c’est intéressant. J’essayerais au moins de me rappeler que la galette des Rois vient de la tradition antique des Saturnales. Dans un premier temps, ça sera déjà pas mal pour mon petit cerveau et ma petite culture générale lol.

  11. Julie dit :

    J’attendais avec impatience de nouveaux articles.
    Merci pour tout!

  12. Djinnzz dit :

    Hyruqu, merci pour cette très bonne explication concernant la galette des Rois. Je ne savais pas qu’elle était reliée aux Saturnales. Comme quoi, on en apprend tous les jours! 🙂

    Merci à tous les autres pour leur enthousiasme!

  13. Margaux dit :

    Très bon article, j’ai appris beaucoup de choses 😀
    Je ne regarderais plus la galette des Rois de la même manière désormais 😆
    Sur ce bonne continuation à vous, j’attends avec impatience le prochain article 😉

  14. Diodore dit :

    hello!
    Autre précision 💡 :

    Jésus n’était plus un nouveau-né au moment de la visite des astrologues; il avait près de ‘deux ans’.
    En effet, les astrologues avaient vu l’étoile pour la première fois en Mésopotamie, à de ‘nombreux mois’ de marche de Bethléem.
    Donc, quand ils trouvèrent Jésus, il n’était plus dans une crèche, mais dans une maison! Et la bible parle de ‘petit enfant’.

    (Matthieu 2:11)
     Et quand ils entrèrent « dans la maison », ils virent le »petit enfant » avec Marie sa mère, et, tombant, ils lui rendirent hommage. Ils ouvrirent aussi leurs trésors et lui offrirent des dons : or, oliban et myrrhe.

    Voilà comment on suit des traditions dénués de fondements solides 🙂

    • Sxilderik dit :

      De plus, d’après Matthieu, il allèrent voir Hérode avant de visiter Jésus. Or, Hérode est mort en 4 avant… JC !
      Jésus serait donc né six ans avant lui-même… 🙂

  15. Prorata Temporis dit :

    Une autre version postule que le christianisme est une évolution du culte ancestral et bien répandu dans le monde qu’est le culte du Soleil. Selon cette théorie Jésus ne serait autre que le Soleil qui, le 25 décembre, c’est à dire 4 jours après le Soltice de l’hiver devient plus pésent durant la journée, augurant de ce fait l’avènement de jours fastes, du printemps et de l’été, la moisson et l’abondance …

    Les rois mages seraient, selon cette théories trois étoiles qui se retrouvent alignées dans le ciel, décrivant une ligne qui indique le point de l’horizon d’où le Soleil se lèvera le 25 décembre.

    • MachineaLire dit :

      Oui, si je me trompe pas, Djinnzz avait déjà évoqué ça. Le jour d la naissance de Jésus a été choisi plusieurs siècles plus tard pour coller avec le jour de vénération de Mithra, un Dieu hindou du soleil.
      Vous retrouverez ça dans les archives du site je pense.
      Donc je ne pense pas que le culte du Soleil ait « dévié » vers l’adoration de Jésus, mais juste que les Chrétiens ont été assez malins pour éclipser son concurrent solaire! 😆

  16. DAVID dit :

    Bonsoir,
    J’ai lu bon nombre de vos commentaires:
    SVP
    Ne confondez pas Dieu et les hommes.
    Durant toute mon enfance, j’ai célébré Pâques avec des oeufs en chocolat, noel et sa magie, les galettes des rois, etc…
    Un jour j’ai lu la bible, et effectivement j’ai vu que les hommes et les religions sont menteurs.
    Jésus n’est pas né le 25 décembre, les mages n’étaient pas rois, ils ne sont pas arrivés quelques jours après la naissance mais plusieurs mois, il n’existe pas de pape pour gouverner sur le peuple, il n’y a pas de baptême d’enfants ( qui d’ailleurs n’ont pas le choix de refuser), il n’y a pas de purgatoire, pas de salut par les oeuvres, pas de prières à marie, pas d’assomption de la vierge, d’ailleurs la vierge n’est pas vierge elle a eu des enfants, elle n’est pas immaculé conception ( sans pêché), Jésus n’a pas créé l’église catholique mais l’église faite de pierres vivante: les hommes. Pierre n’est jamais allé à Rome, Les prêtres n’ont pas lieu d’exister ( un prêtre fait des sacrifices pour les pêchés, or le seul et unique sacrifice est Jésus donc plus besoin de prêtres), la confessions des pêchés ne peut se faire qu’entre l’homme et Dieu. Un pêcheur ne peut pardonner un autre pêcheur. Le baptême ne sauve pas, on ne doit pas prier les saints ( qui d’ailleurs sont morts) , on allume pas de cierges, Paque ce ne sont pas les oeufs et lapins en chocolat symbole de la fertilité dans les religions babylonienne, on ne doit pas adorer de statues, de représentions, d’idoles ( c’est le deuxième commandement), on ne doit pas tuer son prochain ( inquistion catholique: 605 années, 81 papes successeurs complices, 60 millions de morts, croisades, etc…) Marie n’est jamais apparu à Lourdes, Fatima ni ailleurs, la fête de la toussaint est une fête celtique, les couvents, bonnes soeurs, moines etc… n’ont pas lieu d’être:car un chrétien est une lumière autour de lui dans le monde mais pas enfermé entre 4 murs dans un monastère, la prère pour les morts n’existe pas…..et j’en oubli………………….. MAIS…………………………. .il y a une note positive:
    Romains chap3 verset 4/3  » Reconnaissons que Dieu est vrai et tout homme menteur »

    Alors cher ami, si les hommes t’ont déçu, si les religions t’ont déçues, Dieu lui ne déçoit pas. Approchez vous de Dieu et ne gardez pas rancune. Dieu ne trompe pas, ce sont les hommes qui ont trompés.
    Que Dieu vous bénisse et qu’il se fasse trouvé (Jérémie 29/11 )

    • Machin dit :

      « Ne confondez pas Dieu et les hommes. »

      … 🙄 …

    • jenesuispasdecemonde dit :

      Je partage tout à fait ce que tu dis là.
      Le premier qui s’est élevé contre les religions (les religieux en fait, c’est pour ça qu’ils ont voulu le faire mourir, selon le plan de Dieu), c’est Jésus lui-même. Une religion, quelle qu’elle soit, c’est toujours des croyances d’hommes.
      La Bible, c’est le seul enseignement fiable pour qui cherche vraiment à rencontrer Dieu.

      J’ai une autre piste pour l’identité des « rois mages » : ça m’a toujours étonnée que des mages (pratiquant la magie ou la divination, un art païen enseigné aux hommes par les anges déchus (voir livre d’Hénoch) et réprouvé par Dieu), viennent adorer le roi des juifs, Jésus le Messie, l’envoyé promis de Dieu, l’Emmanuel… Qui sera reconnu par son peuple élu lors de sa seconde venue (les chrétiens l’on déjà reconnu, c’est son peuple spirituel, son Église, son Épouse).
      En fait, tous les juifs à cette époque connaissaient les textes par cœur et tous savaient que le Messie devait venir : ils savaient tous les signes qui devaient l’annoncer. Les « rois mages »étaient juifs, sinon, que faisaient-ils là ?
      Or, il faut rappeler que Dieu s’est choisi un peuple pour se faire connaître de lui, puis, par lui, à toute la Terre!
      J’en viens à ce qu’on a appelé les « tribus perdues d’Israël » : sur 12 tribus, 10 se seraient évaporées… jusqu’à récemment : on commence à les retrouver (recherches ADN à l’appui) en Afrique de l’ouest, en Inde… Ces gens savent qu’ils sont juifs depuis toujours et ils ont gardé la tradition et les textes depuis des siècles et des siècles.
      Aussi, je serais tentée de croire que ces « rois mages » étaient en fait des dignitaires, sinon les rois de ces tribus installées loin de la Judée, mais qui ont continuellement surveillé les signes annonciateurs de la venue du Messie!
      Et effectivement, il pouvaient être aussi bien noirs que cuivrés ou dorés (Ben non, juif ne veut pas forcément dire blanc, dans la Bible même, on trouve mention de plusieurs couleurs de peau au sein du peuple juif !).
      C’est en tout cas intéressant de voir les Dan, les Manassé… réapparaitre et comment Israël accueille ces « nouveaux » et toute leur histoire, car les prophéties parlent d’eux aussi, ce qui à été ignoré jusqu’aujourd’hui. N’oublions pas que Dieu veut rassembler tout son peuple ! C’est en cours apparemment !

      Soyez bénis et que la paix vous accompagne.

    • Boutté dit :

      Les Prêtres ont lieu d’exister pour administrer les sacrements et tout particulièrement l’Eucharistie ordonnée par Jésus fort explicitement .

  17. Xavdeb dit :

    « n’ont aucune justification ni biblique, ni historique »
    Euh faut pas exagérer non plus.
    Bien sûr que ces croyances ont des justifications, elles ne sont pas nées comme vous le suggérez de l’imagination d’un homme comme d’un chapeau de magicien.
    Des récits apocryphes, quoique non canoniques, disent une vérité ce qui était cru à l’époque, parfois à raison (au sein d’un texte qui ne dit pas que des vérités).
    Ensuite la cohérence interne.
    Si ces hommes sont venus d’Orient, et ont été reçu en grande pompe par le roi Hérode (puisque « tout Jérusalem » s’émeut de leur propos), c’est que ce n’étaient pas des troufions.
    Les cadeaux qu’ils offrent sont des cadeaux de prince.
    Il y a donc de bonnes raison de croire qu’ils aient pu être roi, que cela soit vrai ou non.

    prétendre que rien n’a de justification montre surtout que vous ne réfléchissez pas très loin…

  18. Pat dit :

    J’étais ma culture… INRI veut dire Iesvs Nazarenvs, Rex Ivdæorvm (Jésus de Nazareth Roi des Juifs)
    C’était écrit au-dessus de la tête de Jésus quand il a été crucifié, à des fins ironiques… car ce sont les Juifs qui l’ont condamné à mort, après l’accord des Romains bien sûr.

    • jenesuispasdecemonde dit :

      Pardon, mais je ne crois pas que c’était ironique, cette mention d’INRI.
      Il est écrit que c’est Pilate lui-même qui a ordonné d’apposer cet écriteau sur la croix.
      Pilate avait le derrière entre deux chaises et se serait bien passé d’avoir à accorder cette crucifixion aux religieux juifs (c’est aussi pour cela qu’il leur dit qu’il « se lave les mains du sang de cet homme », afin de ne pas en porter la culpabilité, mais que cette faute retombe entièrement sur ceux qui ont exigé la vie de Jésus). S’il n’obtempérait pas, il y aurait eu des émeutes (les prêtres causaient beaucoup d’agitation autour du prétendu blasphème de Jésus et le peuple les suivait avec crainte) et Pilate aurait été désavoué par Rome (et en ce temps là, ça ne rigolait pas, il ne s’agissait pas d’une simple mutation).
      Il lui fallait donc choisir en définitif entre sa propre vie et celle de Jésus… et pourtant il a hésité, il a tenté tout ce qu’il a pu : il l’a fait passer par le supplice du fouet romain (l’horreur!) pensant que ça apaiserait les fous furieux qui assaillaient son palais… mais non, ça n’était pas suffisant ! Il a tenté de « refiler la patate chaude » à Hérode, mais, ne se sentant pas directement menacé par Jésus, celui-ci à préféré ne pas commettre l’erreur d’Hérode Antipas qui a fait tuer Jean-Baptiste et le renvoie devant Pilate… Raté !! Mais il ne se décourage pas, il tente de mettre dans la balance le sort d’un meurtrier bien connu, se disant que les juifs ne demanderaient pas la grâce de celui qui a enfreint le sixième commandement, mais rien n’y fait, c’est Jésus qu’ils veulent crucifier et ils n’en démordent pas.
      Et quand les juifs voient cet écriteau, ils lui disent « pourquoi as-tu écrit qu’il était le roi des juifs ? Tu aurais dû écrire qu’il disait qu’il l’était ! » ( Là, ça aurait été ironique). Ce à quoi il répond : « Ce que j’ai écrit, je l’ai écrit ! »
      Pourquoi Pilate a t-il été si réticent à faire crucifier Jésus ?
      Il le dit lui-même aux juifs qui l’accusent : il ne trouve pas de motif pour le condamner. Il est frappé par les réponses que Jésus lui fait lors des interrogatoires qu’il conduit lui-même, en tête à tête ! Il est convaincu que Jésus dit vrai, même s’il ne comprend pas tout ! (Il n’a pas reçu les enseignements juifs, lui. Il a des excuses!)
      Bref! Tout ça pour mettre en évidence que la mention « Iesvs Nazarenvs, Rex Ivdæorvm » n’était pas ironique de la part de son auteur, c’est une reconnaissance au contraire, et en trois langues s’il vous plait, pour que tout le monde puisse le lire. Par contre, les soldats romains, le tétrarque et les juifs ont tous ironisé sur le sujet et ont insulté Jésus à ce propos.

  19. Kelkundote dit :

    Ca fait longtemps que je me fais la réflexion mais je n’aime pas trop certains de vos titres un peu trop racoleurs à mon goût surtout ceux que vous mentionnez ici.

    Exemple 1 : Le rois mages n’étaient pas trois…
    En lisant l’article, on apprend que le nombre n’est pas mentionné dans les évangiles… Donc potentiellement : ils étaient 3. Statistiquement c’est aussi probable que n’importe quel autre nombre (ou presque).
    Statistiquement, c’est aussi probable qu’ils aient été rois plutôt que n’importe quel autre métier… euh non en fait! Ils avaient peut être statistiquement plus de chance d’être rois que menuisier.

    Exemple 2 : Adam et Eve n’ont jamais croqué la pomme…
    En lisant l’article on apprend que le fruit croqué n’est pas nommé. Donc potentiellement : c’est une pomme. Statistiquement c’est aussi probable que n’importe quel autre fruit.

    Exemple 3 : Le 25 décembre ne fête pas la naissance de Jésus.
    En lisant l’article, on apprend qu’on ne connait pas le jour exact de la naissance de Jésus… Donc potentiellement, c’est un 25 décembre. Statistiquement c’est aussi probable que n’importe quel autre jour.
    Mais dans le cas présent, c’est bien la naissance de Jésus qu’on fête. Peut être pas le bon jour mais quand même. Vous n’avez jamais fêter votre anniversaire le weekend qui suit votre jour d’anniversaire. Est-ce que pour autant vous avez dit à vos invités que ce n’était pas votre anniversaire que vous fêtiez? Bien sûr que non, sinon bye bye les cadeaux. 🙂

    Je ne remets pas en cause le contenu des articles toujours très intéressants… mais juste le choix des titres parce que comme le dit Booba : « Quand on ne sait pas, on se tait… » (Euh… je ne sais pas si c’est très pertinent de finir en citant Booba…) 🙂

    • Djinnzz dit :

      Ahah ! Les statistiques à la rescousse, j’adore ! 🙂

      Les titres sont assez réducteurs, je vous le concède volontiers… Particulièrement celui sur noël qui, avec du recul, ne me plaît pas du tout… Mais bon, les lecteurs me pardonneront (j’espère) et trouveront des réponses plus détaillées dans le contenu des articles !

      « Au lieu de partir en cours, je suis parti en couille. »
      (moi aussi je sais citer du Booba ! 😀 )

      • Jj dit :

        C’est pour ce genre de réponse que je vous apprécie, maître Djinnzz !
        Toujours lucide même face aux critiques, toujours prêt à faire votre auto-critique pour faire avancer le débat, et toujours une pointe d’humour pour rester dans la déconne et la bonne humeur…

        Changez rien !

        🙂

      • Kelkundote dit :

        😀

  20. Eurosix dit :

    @Jj Vous avez raison ! Que Djinnzz ne change rien !

  21. Scaramoushe dit :

    Bonjour, je commence à être un grand admirateur de vos articles!
    En tant que representant d’un peuple chrétien apostolique (pour ceux qui ne connaissent pas – les Arméniens), je voulais laisser ces quelques commentaires sur ce thème:
    – Comme on sait, dans les premiers siècles de l’Eglise on célébrait le 6 janvier Noël (incarnation de Jésus), mais aussi l’Epiphanie (révélation de la divinité du Christ).
    – On sait aussi, que c’est après le pape Libère qui a souhaité christianiser la date du 25 décembre pour célébrer le Noël et du coup l’Epiphanie est resté le 6 janvier.
    – Les Arméniens apostiliques ont gardé les dates de base et n’ont pas séparé les fêtes. Donc le 6 janvier on fête chez nous et le Noël et l’Epiphanie.
    – Chez nous « Les Rois Mages » on les appelle seulement des « Mages » (Quand je suis arrivé en France je ne comprenais pas pourquoi on les appelle des Rois…)
    Merci en tout cas pour les articles très enrichissants et intéressants.

  22. plusieursdansmatete dit :

    Allezzzzzz! Encore une fois, j’adooooore vos articles. Merci de prendre le temps d’expliquer à ceux qui n’ont pas le reflexe de chercher par eux même, d’où viennent les traditions.

    Tellement de gens font les choses bêtement, car on le leur a appris, et ne cherchent pas à connaître l’origine de leurs pratiques.

    Vous parliez du titre de l’article sur le 25 Décembre, et moi, en tant que chrétienne, je le trouve parfait, ce titre.

    Je pense qu’il est temps qu’une personne religieusement neutre mette les points sur les i et démontre que 90% des rites catholiques, dont Noel, sont inspirés de traditions d’hommes (bon allez, osons le dire, païennes) et qu’il est important que les gens le sachent!

    Cet article sur les rois mages est très intéressant, et démontre, encore une fois, comme les récits bibliques n’ont servit que de base aux pratiques catholiques, et se sont, au fil du temps, transformés en fables pour être acceptés par les peuples. Ben oui, une belle histoire, c’est plus vendeur.

    Ah, comme j’aimerai discuter avec vous.

  23. andrelyto dit :

    Salut svp l’auteur j’ai lu ce que tu as poster mais tu n’as pas dît ré réellement ce que tu as lu dans l’ancien manuscrit que tu as présente à ce que je sache éclaire moidonc

  24. LaBlague dit :

    Il parait même qu’il y a avait un quatrième Mage qui sera venu de Hollande. Ce « Roi Mage » s’appelait : Froh!

    C’était donc : « Froh, mage de Hollande »…

    Bon OK je sors, désolé.

    • Pask dit :

      Tu es très drôle 😀

  25. Jipė dit :

    Et une pizza 4 rois mages pour un LaBlague pas drôle …

  26. dennin regis dit :

    le mythe des rois mages est devenu réalité: le monde entier est en passe de fêter symboliquement la naissance de Jésus au travers de la fête « du père noël » c’ est une très bonne chose qui, par cette tradition, rassemble les hommes. — voir plus sur le thème « quand les mythes sont devenues réalités » dans la bible, sur mon site Facebook.

  27. Michel dit :

    Laissez les légendes, les traditions etc. vivre ! La terre entière, quelle que soit la religion, a toujours fonctionné comme cela. Par la foi pour les uns, par le merveilleux pour les autres. Dans cinq mille ans nos descendants connaîtront peut-être des extraterrestres. Ils auront d’autres religions et d’autres croyances ! Qu’en restera t-il de nos gentils rois mages ? Pour l’heure ils nous font rêver qu’ils soient noirs ou jaunes ou blancs, rois ou magiciens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *