[Choc des cultures] Pour vous, je me suis immergé dans le milieu du rap français

Djinnzz

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture

Vous aimerez aussi...

37 Réponses

  1. Jerome dit :

    T’es un génie, mec.

    • Mafiak1fri dit :

      Un putain de génie, oui. Pour une fois qu’un media grand public s’intéresse à ma passion.
      Merde, j’écoute du rap depuis 20 ans, depuis l’époque d’Assassin et de NTM. J’ai vu ma musique s’enfoncer chaque année un peu plus dans la fange.
      Skyrock, première radio de rap en France ? Jusqu’en 1995, peut-être. C’est même eux qui ont contribué à installer le rap dans le paysage français. Mais depuis, cette radio est devenue une radio R’n’b de merde. Plus aucun bon rap, et que des rappeurs comme Kery se barrent de cette radio c’est un putain de bon signe.
      Laurent Bouneau a lui-même déclaré que Skyrock était maintenant une radio de la culture « urbaine », et pas de rap. Donc des voix vocodées et des pouff’ qui chantent du r’n’b, c’est ça pour lui la culture urbaine.
      Désolé je suis énervé parce que comme dirait Jhon Rachid, « j’ai mal à mon rap »

      Il y a plein de bons rappeurs qui ne sont pas cités dans cet article : Lino, Oxmo Puccino, et plein d’autres. Mais c’est vrai que les seuls « rappeurs » qu’on entend à longueur de jurnée sur les ondes c’est du PNL, du maître Gims ou du Black M (même si j’aime bien son dernier album à lui)

      Bref, c’est très sympa comme dossier, j’espère que plein de petits trous du cul de bourgeois vont être amenés à le lire pour enfin comprendre que non, le rap c’est pas des flingues des gros nibards et des clash.

  2. MassiveL dit :

    Que le rap soit en crise aujourd’hui, c’est pas vraiment un scoop…
    Les logiques ne sont plus artistiques mais mercantiles. Il n’y a plus de sincérité quand tu fais tout pour passer à la télé ou à la radio.

    Remarque, c’est vrai pour le rap mais c’est aussi pour la chanson française dans son ensemble… Quand on en est à comparer Stromae à Jacques Brel, c’est qu’on manque sérieusement d’artistes de talent…

    • Djinnzz dit :

      C’est marrant que tu parles de Stromae, car je pense exactement la même chose… Certes, certaines de ses productions sont de qualité, mais je n’arrive vraiment pas à comprendre les médias qui le comparent à Jacques Brel.
      Pourquoi pas comparer Victor Hugo à Guillaume Musso tant qu’on y est?

      Sinon, j’écoute trop peu de chanson française pour me faire une idée du niveau actuel… Et je n’ai pas trop envie de passer 15 nouveaux jours en immersion à n’écouter que ça !

  3. Laurent dit :

    Le déserteur, c’est de Boris Vian (mais la chanson a été ensuite reprise par Reggiani).
    Donc, ce serait plutôt Vian le précurseur du rap français (lui qui préférait le Jazz).

    • Djinnzz dit :

      Exact ! Je corrige 🙂

    • HectorO dit :

      A noter que cette chanson fut écrite à la fin de la guerre d’Indochine (1946-1954), alors que la bataille de Diên Biên Phu (1 500 soldats français tués) a choqué l’opinion…

      #JetaleMaCulture

  4. R-A-P dit :

    C’est, avec les vidéos de Jhon Rachid, ce que j’ai lu de plus intelligent sur le rap français.

    « Le rap est un des derniers espaces de contestation diffusable à grande échelle. À ce titre, il mérite d’être choyé par ceux qui prétendent l’aimer. Ou il disparaîtra à jamais. »

    C’est tellement vrai. Le rap se perd trop dans les clash entre chanteurs (Booba, Rohff, La Fouine…) ou dans les clichés de banlieusards ou (c’est ce que tu dis Djinnzz) dans la variét’ avec les voix trafiquées à l’auto-tune.

    En même temps, les medias ne véhiculent que cette image du rap, pour bien donner une image de merde au rap et à la banlieue.
    C’est de la manipulation de masse, histoire de bien stigmatiser toute une population. Pour dire aux gens : vous voyez, on ne s’occupe pas des banlieues difficiles mais regardez comme ils sont cons / violents / vulgaires (ou tout autre cliché du genre)

    J’adre jhon Rachid, mais il n’est regardé que par les passionnés du rap. Donc il prêche un public qui est déjà converti. J’espère que ton article Djinnzz va être diffusé largement parce que tout le monde devrait le lire.

    • R-A-P dit :

      Je rajouterai que je suis fan de rap et pourtant je sais m’exprimer sans faire de fautes…
      A bon entendeur

  5. Bigflo dit :

    Pourquoi le « vrai » rap serait uniquement le rap conscient à la Kery James?

    Le rap game fait partie de la tradition du rap…
    Le rap hardcore aussi (violence des rues, trafic de drogues, d’armes, prostitution : le visage extrême des cités.
    Le rap gangsta bling bling (à la mode US ganster)
    Le rap commercial : c’est un rap comme un autre ! Si des gens aiment écouter ça, pourquoi on devrait les priver ? Par définition, c’est celui qui s’écoute le plus, puisqu’il est fabriqué pour être écouté par le plus de gens possibles
    Le rap poétique : vous en avez parlé : Abd Al Malik ou MC Solaar

    Bref, le « vrai » rap, comme vous l’appelez, ça ne veut rien dire. Dites seulement que VOUS n’êtes intéressés que par le rap conscient, et pas par les autres courants. Mais ce que VOUS pensez, ce n’est que VOTRE opinion. Il faut pas généraliser.

    • Hola dit :

      D’accord avec toi. Cet article m’a fait mal au coeur.
      Il y à différents style de rap comme tu dis, et ne pas aimer ceux qu’on n’arrive pas à comprendre ne reviens pas à en faire de la merde. C’est visiblement un jeu avec des codes qui te sont inconnus Djinnzz.
      Tu peux ne pas aimer le jeu en lui même :
      – objectif : faire des instrus qui font bouger sans chercher de paroles forcément cohérente ou intelligente – il me semble que Christine and the Queen fait la même chose avec les sonorités – / rap commercial
      – objectif : faire des sont de clash ou le rappeur s’invente un personnage qui est le plus fort – / rap hardcore – blingbling – gangsta
      etc.
      Mais quand tu conclu en citant le nauséabond Eric Zemmour il est normal de remettre ta foi dans la recherche en question.

      PS : Pour PNL il y à pleins de vidéos de fans pour expliquer leurs ascensions; le pourquoi du comment de leurs clips et pourquoi ils trouvent ça intéressant. PNL ont bousculé les codes, ils ont été outsider dans le milieu, se sont ramener avec un nouveau genre de commercial, style vestimentaire, fanbase fidèles sans jamais d’interview ou de publicités avant la sortie de leurs sons ou albums. Je ne les aime pas (musicalement parlant) et respecte la réussite.

      • Djinnzz dit :

        Concernant le jeu avec les codes, tu as sûrement raison, oui…

        Pour PNL, ils ont maintenant droit à des articles qui les encensent dans Télérama. Je n’y comprends plus rien…

      • Lissandra dit :

        « Qui prétend faire du rap sans prendre position ? »

        Kerry James, Dernier MC

        Tout est dit…

  6. Ad dit :

    Merci beaucoup pour cet article, ça donne vraiment envie de s’y plonger. Je vais gratter un peu du côté de Kerry James…

  7. Paaris dit :

    Les fans de Booba apprécieront…
    Mais je pense qu’ils n’ont jamais dû entendre parler d’EtaleTaCulture !
    >_<

  8. Gaelle dit :

    Vous venez toujours sur des sujets où on ne vous attend pas !
    Cet article sur le rap était une vraie prise de risque : il ne faut tomber ni dans le mépris ni dans l’adulation…

    Vous vous en sortez plutôt pas mal ! (mais vous ne m’avez pas convaincu de me mettre au rap pour autant haha)

  9. Diem dit :

    Article facile et recherche bâclée, bravo, nous continuons dans les stéréotypes qu’offrent les médias sur le rap et son instrumentalisation. On ne pouvait pas s’attendre à mieux puisque vous ne ciblez que les rappeurs populaires qui, pour la plupart, sont à vomir.
    Si vous voulez vraiment avoir de la matière sur le rap français d’aujourd’hui, penchez-vous sur des artistes tels que D’ de Kabal, Odezenne, Psykick Lyrikah, Lucio Bukowski, Dooz Kawa …
    Ces artistes ont des millions de vues sur Youtube, certains d’entres eux affichent complet dans les salles de concerts et vous les occulter dans votre article.

    • R-A-P dit :

      Moyennes des vues sur Youtube :
      D’ de Kabal : 39.000 vues
      Odezenne : 300.000 vues
      Psykick Lyrikah : 3.000 vues
      Lucio Bukowski : entre 5 et 10.000 vues, hormis deux ou trois chansons qui ont fit le buzz à quelques centaines de milliers de vues
      Dooz Kawa : quelques centaines de milliers de vues

      C’est sûr, c’est super représentatif de ce que représente le rap…

      A part Dooz Kawa, moi-même je ne connaissais pas tous ces rappeurs. Mais bon, ça fait toujours très classe de citer 2-3 noms que personne ne connaît pour se donner de l’importance…
      Ceci dit, je vais écouter et je vous dirai si j’aime bien ou pas. C’est juste inutile de prendre les gens de haut…

      • Diem dit :

        Salut R.A.P,

        D’, comme son nom l’indique est issue du groupe Kabal, un groupe qui a commencé en 1995 environ et qui vendait des millions de K7, mais ça, impossible de le voir sur Youtube.
        D’ de Kabal remplit aujourd’hui des salles de théâtre (oui, parce qu’il écrit aussi des pièces de théâtre (Agamemnon par exemple)) Il est aussi le n°1 en « slam hardcore » (Spoke Orchestra), il fait du Loop, du BeatBox, bref, qui peut parler de rap français sans mentionner D’ ?
        Odezenne affiche complet sur presque toutes les scène que le groupe fait (source Facebook, Digitick and co.)
        Lucio Bukowski est, avec Kacem Wapalek, l’une des figures les plus populaires du rap lyonnais mais effectivement, il ne fait rien pour « nationaliser » sa musique.
        Psykick Lyrikah reste plus abstract et plus marginal dans le domaine, ses trois premières vidéos quand on le cherche sur Youtube c’est 40 000 vues / 7 000 vues / 25 000 vues, donc là j’aimerai savoir comment tu établies le nombre moyen de vues pour chacun des rappeurs dont nous parlons.

        J’veux pas paraître classe en balançant des noms ou bien me donner de l’importance, j’veux juste remettre les pendules à l’heure. Et si je prends malheureusement les gens de haut, c’est parce que j’y tiens à cette musique, et je trouve dommage de véhiculer une si mauvaise image de ce qu’est le rap en France, encore aujourd’hui.

        Après j’suis bien d’accord, les rappeurs les plus connus sont souvent les rappeurs les moins bons.
        ça ne date pas d’aujourd’hui. Le Doc Gynéco disait en 1996 « classez-moi dans la varièt »

  10. Abdal dit :

    Si vous aimez Abd Al Malik, il sort un livre cette semaine dans les librairies : « Camus, l’art de la révolte »

    C’est pile dans le thème de votre article…

    « Dans une France où une figure internationale, médiatique, cohérente, courageuse, cherchant sans relâche un consensus pertinent et incarnant la grandeur des idéaux intellectuel et humaniste, est totalement absente, voici mon frère, voici notre héros : Albert Camus. »

    Abd Al Malik a rencontré Albert Camus dans les pages de ses livres. Et cette rencontre a forgé son devenir d’artiste, de musicien, d’écrivain. Entre les premiers textes dans la cité de Strasbourg, les échecs des débuts et les souvenirs d’enfance, il nous montre ici l’importance qu’elle a prise dans son parcours. Le tirant toujours plus haut, toujours plus loin, précise l’éditeur.

  11. S.A.E.Z. dit :

    Dans les chanteurs contestataires d’aujourd’hui, il y a SAEZ.

    Pas besoin de rapper pour critiquer la société…

    • Djinnzz dit :

      Ah, Saez ! J’ai une amie qui me harcèle depuis des mois pour que je m’y mette. Un jour, peut-être !

  12. Lissandra dit :

    J’étais une grande fan de rap et de R’n’B dans mon adolescence (années 90). A partir de l’an 2000, je me suis limité à deux rappeurs: Keny Arkana et Kery James.

    Bon article Maître Djinnzz.

    Je pense que personne ne peut contester le recul (ou la disparation?) du rap conscient et poétique sur les médias grand public et je pense que c’est ce facteur qui pousse les personnes à penser que le rap est de la musique pour les gens écervelés.

  13. Mc Man Haman dit :

    Je vous préviens, c’est long et pas forcément plaisant à lire.
    Tout d’abord, le postulat base est faux me semble t il, vous faites une erreur dès le début de votre article en définissant mal les termes du sujet. Larousse définit le rap comme il suit « Style de musique soutenant un chant aux paroles, improvisées ou non, scandées sur un rythme très martelé ». Premier élément, le rap est un style de musique.Qu’est-ce que la musique ? Selon le larousse toujours : « Art qui permet à l’homme de s’exprimer par l’intermédiaire des sons ; productions de cet art, œuvre musicale. ». La musique permet de s’exprimer, c’est donc un langage, donc le rap est un langage (je sais je vais un peu vite). Or un langage évolue, c’est le propre d’un langage, il s’inscrit dans un époque, chaque époque à son langage. Le rap est donc destiné à évoluer (puisque c’est un langage).
    Maintenant, dans votre définition, le rap « doit prendre position », vous donnez une définition figée d’un rap qui serait forcément vindicatif. Mais le rap, comme le langage, appartient à son époque, il y a un rap des années 90 qui était vindicatif, il y un rap des années 2010 qui l’est moins. Pour faire une petite analogie sur mon genre musical de prédilection, le rock des années 60 était rythmé et dansant, à partir de la fin des années 70, avec l’émergence du hard rock, le rock est devenu plus virtuose, centré sur la musique et les solos de guitare et ne se dansait plus du tout.
    Certes le rap actuel a ses défauts, mais il s’inscrit dans son époque, prétendre que ce n’est pas du “vrai rap” est inepte. Cela reviendrait à prétendre que le Français actuel n’est pas du Français, et c’est faux, il est simplement différent du Français d’autrefois. Si rien n’évoluait, nous parlerions encore latin.
    Ensuite, vous critiquez le manque de poésie des textes. Vous voulez de la poésie, lisez de la poésie, le rap ne prétend pas être poétique il me semble, certains textes sont poétiques, mais pas tous et je ne vois pas pourquoi ils devraient tous l’être.
    Aussi, vous “décernez” des compliments, affirmant “celui ci est intelligent, celui là non” en citant quelques morceaux de textes, mais vous ne faites que discuter en faisant cela. Pourquoi est plus intelligent de dire une chose plutôt qu’une autre ? Vous ne démontrez rien.
    Enfin, votre article est un tissu de lieu commun sur le rap, complètement superfétatoire, on a déjà entendu ce genre de critique des milliers de fois. vous parlez de la scène “underground” en ne citant aucun vrai représentant de cette scène, seulement des artistes au succès plus mitigé
    Vous passez un article à faire des jugements de valeur et à faire de la discussion de comptoir, un conseil sur vos prochaines chroniques, soyez rigoureux sur vos définitions et tâchez de rester objectif, moi non plus je n’aime pas Jul ni maitre gimms, mais ce n’est qu’un avis

    • Mmmc dit :

      D’accord avec vous… Mais Djinnzz est clair sur ses objectifs dès le debut: il est en quête d’un rap qui le fasse vibrer, comme il a vibré il y a 20ans en écoutant I am.

      Pour moi, il n’y a que deux genres de rap: le rap sincère et le rap commercial.
      Le rap commercial ne vaut pas le coup qu’on en parle, puisque c’est un produit purement marketing.

      Le rap sincère peut se décliner : rap poétique ou rap conscient. Dans un site de culture générale, ça ne me choque pas que ce soit cette dernière sous catégorie du rap qui soit encensée.

      Vous dites que ça ne fait reprendre de que des lieux communs sur le rap. C’est plus ou moins vrai… La « black mirrorisation » des chanteurs contestataires, c’est original et ça fait réfléchir, par exemple.
      Après, l’article est déjà super long, cent voulez vous rentrer dans le détail de toutes les mouvances, tous les sous styles et toutes les subtilités ? Pour ça, il faut aller sur les sites spécialisés ionisés, franchement c’est pas ça qui manque.

      • Mmmc dit :

        Il y a des fautes de frappe dans mon commentaire pré édenté, c’est parce que je suis sûr mon téléphone… Désolé…

  14. Palcio dit :

    « La congruence n’est plus, la crédibilité non plus. »

    Faudrait voir à expliquer un peu les mots compliqués, on n’a pas tous bac+12 !
    « congruence » = Qualité de ce qui est adéquat et coïncide avec autre chose (Larousse)

    Donc voix sur-aiguë de tapette + attitude de caïd = pas de congruence

    C plus clair comme ça

  15. manu dit :

    Je découvre votre site, j’en dévore les sujets les uns après les autres.
    Vous êtes e digne successeur de Bernar Werber et de son encyclopédie du Savoir relatif et absolu. Bravo !

    Un nouveau fan.

  16. Eurosix dit :

     »Petite étude… » Que non, Djinnzz ! Long et bon article qui m’aide à comprendre un peu le RAP ! J’en déduirais que  »les premiers seront les derniers » mais je ne sais pas sous quel angle il faut écouter ! En tous cas, 24 coms le lendemain de parution, chapeau ! Il est vrai que je ne suis pas de ce siècle !!

  17. Djinnzz dit :

    Je laisse ici un des commentaires qui m’a été envoyé en message privé sur Facebook, suffisamment intéressant pour que tout le monde puisse en profiter !

     »
    Merci pour ton dossier sur le RAP, sympa d’y avoir jeté une oreille.

    Juste, une remarque:

    – A l’époque du « Micro d’Argent » ou de « Paris sous les Bombes » le Rap avait déjà ses stars, ses travailleurs de l’ombres, ses charlatans, ses messies.
    pour rappel, même si ces albums majeurs cités plus haut était bien aux premières places, il devait se battre au milieu d’albums et de groupes bien moins regardant sur la qualité de leurs productions aussi bien que de leurs textes.
    Le Rap, à toujours eu besoin d’être gratter, d’en retiré le vernie, nécessité de regarder sous la couche première ce que sont réellement les esquisses du genre. Les coups de crayons Originaux.

    J’aimerais que tu ne t’arrête pas là où tu es rendu, mais que pourquoi pas tu cherches depuis les tréfonds, depuis l’underground, et peux être tu trouveras (au même titre que l’effet que t’a produit le Kery james) des abums/groupes/Mc qui te feront vibrés.

    Allez deux pistes:

    1 – Un super-mix du rap des années 90 comme base:
    https://soundcloud.com/para-one/para-one-rinse-fr-spe-cial-rap
    Nb: remarque que à l’époque Booba était déjà là et faisait du rap, du vrai, avant son virage auto-thune et déploré de tous:)

    2 – Une émission actuelle sur l’underground rap (du punk aussi faut dire) peu de FR par contre, mais de super gars qui connaissent leur sujet.
    http://www.prun.net/undergouffre/

    Enfin, tu m’excuseras, mais j’étais plus tourné vers les Maths que le français, so pardon pour les fautes d’ortho

    Bonnes écoutes, bonnes recherches, et bravo d’être aller Chevauché dans des contrés Fantastiques si éloignées
    Supa.Oz

  18. Djinnzz dit :

    Petit message technique :

    Aïe !!! Un gros problème sur le site (un « White screen of the Death », pour ceux qui connaissent…) m’a forcé à réaliser un backup du site. Résultat : une dizaine de vos commentaires ont été supprimés. J’en suis réellement navré !

  19. Boum dit :

    Le petit bourge qui écoute du rap histoire de s’encanailler un peu, c’est trop cliché. Nan mais allô quoi.
    Ouais, j’dis « nan mais allo quoi », mais ça fait pas de moi pour autant une tafiole élevé face à un écran de télé réalité. Respecte-moi, un peu, bordel.

    Moi, j’m’assure flingue à la ceinture, pour devenir un guerrier. J’suis un vrai bonhomme, alors que toi t’es rien planqué derrière ton écran de PC. Donne pas ton avis sur les vrais mecs de cité, putain.

    Maître Gims c’est mon chanteur préféré, tavu. Alors tu touches pas à lui sinon je vais te fumer derrière les cyprès, cousine. T’auras jamais sa classe et je suis sûr que tu chantes comme une chèvre qu’on vient d’égorger pour se baigner dans son sang (c’est très bon pour la peau, y paraît, j’ai lu ça dans Pouffiasse magazine – le magazine pour devenir une parfaite petite pouffiasse.)

    Ton Verdi et ton Wagner, Booba il les prend, il les retourne, et il les clashe avec un rap hardcore sur violents breakbeats.

    J’t’ai à l’oeil, cousin.

    Peace.
    Boum.

    • Jerome dit :

      Je sais pas si t’es un troll ou si t’es juste très drôle… J’hésite encore 🙂

  20. Saihtam dit :

    Je vous propose d’écouter Orelsan (qui n’ai pas mentionné dans l’article il me semble) qui a réussi à percer depuis quelques temps déjà, ou encore Stupflip dans un genre différent.
    Moi j’aime bien.

    • Saihtam dit :

      Oups vraiment désolé pour le double poste mais je prefere vous orientez un peu plus !
      Pour Orelsan vous avez : Suicide Social, Inachevés, Des histoires à raconter
      Pour Stupeflip : Stupeflip Vite !!!, The Antidote, Stup Monastère, L.E.C.R.O.U …

  21. Kenny dit :

    Salut, j’ai vu passer pas mal de commentaire qui allaient dans le sens de ce que je vais dire et désolé de remuer le couteau dans la plaie mais je voulais mettre une pierre à l’édifice moi aussi. L’article est bon même s’il enfonce plus le rap que ce qu’il contribue à lui sortir la tête de l’eau. Je suis d’accord avec toi sur beaucoup de points, notamment à propos du septuor de tête ou de la qualité des textes de Kery James. Mais premièrement il y a trop de choses dont tu n’as pas dus comprendre la démarche de base. Je pense par exemple au « *CLAP-CLAP* : C’est le bruit de mes couilles contre des fesses » de Nekfeu. Il ne faut pas oublier que c’est le texte d’un « clash » qui un code du rap depuis toujours. Et quand on le prend comme ça, c’est quand même plus drôle que « Je t’enc*** », non? Mais ça c’est des détails et je ne suis pas fan du tout de Nekfeu en général.

    Ce qui m’a le plus frappé (et c’est ça que j’ai vu passer dans les commentaires) c’est le fait que, pour toi, le « vrai rap » c’est uniquement du rap « conscient » (je déteste ce mot parce que comme le rappellent Youssoupha, Sniper et Keny Arkana: « Qui peut prétendre faire du rap sans prendre position? ») et « old school ». Alors oui j’adore le rap engagé de M.A.P. ou de Keny Arkana. J’aime bien le « rap de papas » d’IAM ou Kery James. Je suis passionné par la plume de Gael Faye et j’apprecie beaucoup de coté blasé des deux premiers albums d’Odezenne. Mais le VRAI rap ne s’arrette pas à l’a contestation et à la révolution. Le rap est une très grande famille, un genre musical, qui existe depuis trente ans et c’est normal d’y trouver de tout (et parfois n’importe quoi) comme c’est le cas dans la chanson française, le rock et même le jazz et le classique (si, dans le « classique contemporain » ou trouve tout et n’importe quoi). Mais est-ce que les chansons d’Hippocampe Fou (Qui a une plume et un flow de folie, même si je ne suis pas super fan du résultat général) ou de Lucio Bukowski (qui n’est pas particuliairement engagé) ne sont pas du « vrai » rap?

    En fait, je comprend ce que tu veux dire par « vrai » rap. Tu essaie de faire une différence entre le rap Old School d’IAM ou NTM et le rap (la trap, ou la « pop urbaine ») qui cartonne actuellement. Tu as raison, ce n’est pas la même chose. Là le rap évolue pour donner naissance à un nouveau style de musique (comme le « rock » a donné naissance à une multitude de styles). Certains artistes qui ont pu faire ce que tu appelle du « vrai » rap dans le passé (c’est le cas de Soprano avec les Psy 4 de la Rime, de Booba avec Lunatik ou de la Sexion d’Assaut) ont simplement fait évoluer leur musique pour faire autre chose. Mais le rap reste le rap. Comme disait un commentaire plus haut, le rap « conscient, le « gangsta rap »……. tout ça c’est du « vrai rap », même si certains morceau, certains artistes t’intéressent plus que d’autres mais ça c’est comme avec tout autre style de musique.

    15 jours, même en s’infligeant 10h de musique par jour, ça permet de découvrir plein de chose mais je pense que dans la musique il faut prendre du recul, il faut trouver des choses (des sons, des mélodies, des voix, des textes) auxquels on accroche vraiment et c’est pas en se contentant de la liste que sort Google (donc du « Top 50 » du rap) que tu peux trouver ça. Aujourd’hui, dans la musique en général, il existe tellement de choses que forcément il y a énormément de merdes mais dans chaque style (et surtout le rap puisque c’est de ça qu’on parle) il y a plein de choses géniales à se mettre sous la dent. Après c’est subjectif et personne n’accroche exactement aux mêmes choses. Il faut fouiller un peu c’est tout.

    Bon je crois que ce commentaire est biiiiiiien assez long, merci pour cet article, bonne continuation et bonne écoute!

    • Kenny dit :

      Je me rend compte que j’ai un peu écrit n’importe comment… La fatigue et l’inspiration débordante sans doute…
      Désolé pour les fautes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *