Quand une simple tulipe vaut le prix d’une villa sur la Cote d’Azur…

Tulipe

Vous pensiez que la spéculation sauvage était un mal propre au XXe et au XXIe siècle? Que les cours des marchés financiers qui grimpent et qui s’écroulent selon la volonté de tels ou tels traders véreux n’existaient pas du temps de nos lointains ancêtres?

FAUX!

La première bulle spéculative de l’Histoire date de la fin du XVIe siècle et a entraîné la faillite de milliers d’épargnants partout en Europe. L’objet du délit? Ces foutues tulipes! Oui, oui,… les tulipes. Si vous avez du mal à imaginer comment il est possible qu’une simple fleur à l’apparence anodine entraîne toute une nation au bord du gouffre, ce que vous allez lire dans la suite n’a pas fini de vous étonner… et vous montrera que l’actuelle « crise » que nous traversons a comme un petit air de déjà-vu…

Tulipe, d’où viens-tu?

Les toutes premières tulipes sauvages virent le jour sur les terres reculées et inhospitalières du Kazakhstan puis se répandirent dans toute l’Asie et le Moyen-Orient. Parvenant à pousser sur des pentes rocailleuses et battues par le vent, cette fleur d’une robustesse à toute épreuve mais à l’apparence si fragile fascine notamment les Musulmans qui l’érigent en symbole de vie et de fertilité à partir du XIe siècle.

Cinq siècles plus tard, elle est introduite sur sol européen par le Hollandais Ogier Ghislain de Busbecq. En 1559 fleurit la première tulipe sur le sol européen, en Bavière précisément, et personne ne peut alors se douter que la tulipomania prendra bientôt une tournure absolument incroyable!

champ-de-tulipes-hollande

Champ de tukipes dans la ville d’Alkmaar, Pays-Bas

Sous l’impulsion d’un certain Carolus Clusius (ou Charles de l’Écluse pour les latinophobes), un passionné de confession protestante considéré aujourd’hui comme le père de la Botanique, la tulipe gagne ses lettres de noblesse. Ses travaux ont un tel retentissement que l’empereur du Saint Empire Germanique Maximilien II en personne le prend sous sa coupe et lui propose de s’installer à Vienne pour y aménager un laboratoire et un jardin dignes des rêves les plus fous du scientifique.

Mais il ne fait pas bon être protestant en cette fin du XVIe siècle qui fleure bon les guerres de religion… A la mort de son mécène, Carolus Clusius est chassé de la cour impériale. Il traîne alors ses guêtres, l’âme en peine, jusqu’à Francfort, où le miracle se produit: la prestigieuse et richissime faculté de Leyde, ville située dans les actuels Pays-Bas, le sollicite pour poursuivre ses recherches sur les tulipes qu’il affectionne tant. Mettre au point des variétés aux couleurs éclatantes, aux tiges longues et élancées et aux formes généreuses devient alors sa seule raison de vivre.

Ce bougre de Carolus est doué, trop doué! On se presse de très loin pour venir admirer les travaux du « Roi des Fleurs ». Ses jardins sont régulièrement volés et des bulbes commencent à voyager un peu partout en Europe. Face au succès de la tulipe, y’en a une qui tire une tronche de 10 pieds de long… c’est la rose! Elle, la star incontestée des jardins depuis des siècles commencent à se faire voler la vedette.

texte-carolus-clusius

Traité de botanique par Charles de l’Écluse, autrement appelé Carolus Clusius

Si à 50 ans t’as pas de tulipe, t’as raté ta vie!

Les Princes et Princesses de toute l’Europe sont prêts à toutes les folies pour s’offrir les plus beaux spécimens. Ici, un amoureux éconduit tente en vain de briller dans le cœur de sa belle en lui offrant une tulipe assortie à la couleur de ses yeux. Là, telle courtisane se pavane avec une tulipe coincée dans son chapeau ou son décolleté espérant attirer l’attention de l’amant qu’elle convoite.

« Au début des années 1600, les prix s’envolent pour atteindre des sommets exorbitants, équivalent à trois ou quatre années de salaire de dur labeur de l’ouvrier du coin. »

On est prêts à toutes les folies pour s’offrir LA tulipe dont l’éclat ridiculisera celle de son voisin. Au début des années 1600, les prix s’envolent pour atteindre des sommets exorbitants, équivalent à trois ou quatre années de salaire de dur labeur de l’ouvrier du coin.

Ça y est, la tulipomania est lancée! Les cours des bulbes de tulipes dépassent l’entendement. On achète des bulbes à des prix ridiculement élevés dans l’espoir de les revendre encore plus chers quelques jours plus tard (voire dans la même journée!). En 1624, l’équivalent de 20 ou 30 ans de salaires est encore insuffisant pour s’offrir le moindre bulbe d’une variété convoitée!

En quelques mois, des milliers de spéculateurs amassent de véritables fortunes… Un même bulbe peut s’être échangé plus d’une dizaine de fois avant de germer!

La reine des transactions, c’est la Semper Augustus. Sa rareté (il n’en est répertorié en tout et pour tout qu’une dizaine de specimens) en fait un bien d’exceptions et, au plus fort des échanges, la valeur d’un seul bulbe atteint la valeur record d’un demi-siècle de salaire moyen…

Jamais dans l’histoire de l’humanité le métier de pépiniériste n’a été (et ne sera!) si rentable… Quiconque dispose de quelques deniers à placer s’achète un ou deux bulbes et s’assure de réaliser un rendement exceptionnel. Du simple artisan ayant mis deux ou trois sous de côté au riche marchand, du bulbe, du bulbe, tout le monde veut du bulbe! On s’associe même parfois pour mettre en commun ses économies et accéder à la « copropriété »… Mais la confiance est de mise pour désigner celui qui a la lourde tâche de conserver le magot en lieu sûr!

Mais bientôt, l’Europe ne suffit pas. Il faut des liquidités et des capitaux, encore plus de capitaux! Des bateaux remplis à craquer partent depuis la Hollande jusqu’aux quatre coins du monde. Empire ottoman, Nouveau Monde, Afrique du Nord,… La fièvre de la tulipe s’empare du monde entier. Ô mon Dieu, réveille-toi, ils sont devenus fous!

Et la Hollande reste le cœur de ce commerce juteux, même si d’autres pays en Europe tentent également de se lancer dans la production de cet or végétal.

« A quoi sert par exemple de fabriquer du pain quand le simple fait de posséder une tulipe permet de s’offrir une boulangerie tout entière? »

L’économie s’affole, le pays tout entier est bouleversé par ces échanges délirants de liquidités. A quoi sert par exemple de fabriquer du pain quand le simple fait de posséder une tulipe permet de s’offrir une boulangerie tout entière? Fleuriste, voilà le seul métier d’avenir! Et les rares boulangers restants se mettent logiquement à faire grimper les prix de leur baguette de façon exorbitante.

Acheter et revendre du vent

Mais il y a pire. Pourquoi devoir attendre et se caler au rythme des saisons pour acheter un bulbe de tulipe? Gagnons du temps et achetons carrément des bulbes qui ne sont pas encore arrivés à maturation! On n’acquiert donc plus un bulbe, mais une promesse de bulbe! L’acquéreur prend le risque que la récolte se passe mal et rien ne lui garantit la qualité finale du produit qu’il achète. La différence est énorme et marque le point de départ de la virtualisation des échanges monétaires et des ventes à termes dont les traders sont si friands aujourd’hui.

Vous la sentez, la claque magistrale que tous ces spéculateurs de pacotille s’apprêtent à recevoir?

Le premier krach boursier de l’histoire de l’humanité

Hiver 1636. ♪ Que se passe-t-il? J’n’y comprends rien. J’avais plein de fric. Et j’n’ai plus rien.

Comme tous les krach boursiers qui succéderont à cette tulipomania, la fin du système a lieu quand certains gros investisseurs prennent peur et décident de retirer leurs fonds sans les réinvestir. Comme un virus hyper contagieux, la panique gagne de proche en proche tous les acteurs du marché. Et du jour au lendemain, le bulbe de tulipe qui s’échangeait hier encore plus cher que l’or ne vaut plus que sa valeur « réelle », c’est à dire une poignée de cacahuètes. Bien sûr, les plus gros capitalistes sont bien mieux informés que les petits épargnants et sentent le vent tourner à temps. Ceux qui trinquent, comme souvent, ce sont les « petits », ceux qui avaient vu en la tulipe une aubaine pour arrondir un peu leurs fins de mois. Rien de bien neuf sous le soleil, en somme.

tulipomania-krach-boursier

Illustration sur l’éclatement de la bulle spéculative de a tulipe à l’hiver 1636 (source)

Épilogue

Le miracle hollandais prend fin douloureusement et les rêves d’argent faciles s’évanouissent… Le retour au monde réel est difficile pour des milliers d’épargnants qui se réveillent avec une gueule de bois magistrale!

Que nous enseigne la tulipomania? Pas grand chose qu’on ne sache déjà, hélas. Mais elle est un cas d’école permettant d’analyser les rouages et l’éclatement inexorable d’une bulle spéculative. Pensez donc à ces sacrées tulipes avant de vous ruer tête baissée vers de nouveaux investissements qui paraissent miraculeux!

Personnellement, je trouve par exemple que le Bitcoin sent un peu la tulipe… Non?

____________________________________

Vous avez aimé cet article ? Alors j'ai besoin de vous ! Vous pouvez soutenir le blog sur Tipeee. Un beau geste, facile à faire, et qui permettra à EtaleTaCulture de garder son indépendance et d'assurer sa survie...

Objectif: 50 donateurs
Récompense: du contenu exclusif et/ou en avant-première

Je vous remercie pour tout le soutien que vous m'apportez depuis maintenant 5 ans, amis lecteurs!
Djinnzz

PS: ça marche aussi en cliquant sur l'image juste en dessous ↓↓↓↓

Djinnzz

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture

Vous aimerez aussi...

13 Réponses

  1. Rorschach dit :

    Incroyable cette histoire!!!
    Je n’aurais jamais cru que le boursicotage sauvage soit si âgé que ça.
    Merci pour cette belle tartine de culture!

    (et j’en profite pour souhaiter une bonne année 2014 à ce blog)

  2. Rorschach dit :

     » Que se passe-t-il? J’n’y comprends rien. J’avais plein de fric. Et j’n’ai plus rien.  »

    Nougaro?
    😉

    • Djinnzz dit :

      Oui!!!

    • Kelkundote dit :

      « Ô mon Dieu, réveille-toi, ils sont devenus fous! »

      Vous avez beau dire, y a pas seulement que du Nougaro… y’a autre chose… ça serait pas des fois du Sardou ? Hein ?

    • Djinnzz dit :

      Je suis démasqué! 😛

  3. Obj dit :

    Une histoire bien connue pour laquelle même le grand Honoré de Balzac se fendit de quelques vers:

    « Moi, je suis la tulipe, une fleur de Hollande;
    Et telle est ma beauté que l’avare Flamand
    Paye un des oignons plus cher qu’un diamant,
    Si mes fonds sont bien purs, si je suis droite et grande. »

    Honoré de Balzac, Illusions perdues, 1836

  4. DJ dit :

    Dans une brève histoire des crises financières de Christian Chavagneux, l’auteur évoque qu’en 2003 un groupe d’investisseurs hollandais a été spolié de plusieurs dizaines de millions d’euros après avoir été pris dans une spéculation, qui s’est avérée frauduleuse, sur des bulbes de tulipe.

    Clin d’œil à l’histoire ma foi fort sympathique!
    (par contre, je n’ai rien trouvé sur cette affaire avec Google et l’auteur ne cite pas ses sources, ce qui est tout de même fâcheux…)

  5. TulipoTaxi dit :

    Il faut croire que nos amis les spéculateurs n’ont rien appris des leçons du passé.

    Aujourd’hui, on observe le même phénomène de la tulipe avec… les licences de taxi! Et oui, personne ne le sait, mais une licence de taxi est délivrée GRATUITEMENT par la préfecture mais avec un numerus clausus pour ne pas inonder le marché.

    Aujourd’hui, si une licence est achetée en moyenne plus de 200.000 euros à Paris c’est tout simplement un souhait des syndicats des taxis qui ont préféré organiser leur petit marché parallèle…
    Jusqu’à présent, l’affaire était juteuse: même en achetant une licence très chère, on avait la garantie de la revendre encore plus chère quelques années plus tard. Et oui, cela s’appelle un système pyramidal: ce sont les derniers entrants dans le système qui nourrissent ceux qui étaient là avant eux.

    Aujourd’hui, le système est en train de montrer ses limites. Comme toute bulle spéculative, elle s’apprête bientôt à exploser. Et ce n’est certainement pas en faisant la gueule à vos clients, en refusant la carte bleue pour pouvoir faire du black et en n’acceptant pas certaines courses que vous jugez pas assez rentables que vous sortirez la tête de l’eau!

    Vous avez voulu un système ultra libéral dans la gestion de vos licences alors que la République vous proposait un système plus équitable? Et bien maintenant démerdez-vous et assumez-en les conséquences!
    Ce n’est pas en tapant sur vos « concurrents », les VTC ou Véhicules de Tourisme avec Chauffeur (qui, eux, ont tout compris et s’adaptent au marché) que vous allez vous en sortir! Encore moins en faisant chier le monde avec vos grèves qui ne servent à rien puisque, une fois encore, l’Etat n’y est pour rien là-dedans!

    Les taxis se sont mis eux-mêmes dans la merde, à eux de trouver une solution pour en sortir. Cela ne se fera pas sans dégâts sur les « petits », une fois de plus, les naïfs qui ont cru au mauvais moment qu’investir dans une licence était une bonne idée.

    Bref, pour reprendre votre conclusion, plutôt que le Bitcoin (un sujet que je ne maîtrise pas suffisamment, d’ailleurs, pour quand un article sur ça?), je dirais plutôt que ce sont les licences de taxi qui sentent la tulipe!!!

    • anonymous dit :

      Je suis moi-même un utilisateur régulier de taxi et je ne peux qu’être d’accord avec votre analyse.
      Je ne savais pas par contre que les licences étaient gratuites à la préfecture et que c’est la profession qui a organisé un marché parallèle. Après m’être renseigné sur Google, je crois bien que vous avez raison. C’est totalement dingue cette histoire et cela change complètement ma vision du problème.

      J’tais jusqu’à présent compatissant pour ces pauvres chauffeurs qui s’endettaient jusqu’au cou (licence hors de prix + bagnole + commissions aux centrales de réservations). Si c’est les propres syndicats de taxi qui ont organisé cette bulle spéculative, comment osent-ils faire grève et venir se plaindre? C’est scandaleux.

    • Jean dit :

      Vous n’avez pas l’impression d’être légérement hors sujet tous les deux?

    • Bianco dit :

      Je découvre votre site sur les conseils d’un ami et je suis ravi de ce que j’y découvre. C’est drôle mais intelligent, c’est approfondi mais facile à lire.

      En plus, la communauté n’est pas débile comme on le voit trop souvent dans certains sites où les commentaires se résument à de simples « kikoo lol ».
      Les commentateurs élargissent le sujet développé par l’article, installent des débats,…
      Je me sens bien ici.

      Vous venez de gagner un nouvel abonné!

  6. Angel dit :

    Alors ca c’est tout simplement…trop drole… 😆 comment mettre au bors du gouffre tout une population…proposer la nouvelle arnaque la magnifique tulipe…^^

  7. Sannicolao dit :

    Et tout ça n’est (presque) rien !
    Allez voir les folies engendrées par les premières orchidées ramenées d’Amérique du sud !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.