Monsieur fut élevé comme une petite fille

Le travesti Philippe, duc d'Orléans

Je viens d’apprendre une anecdote croustillante qu’il faut absolument que je partage avec vous. Vous allez voir, elle illustre à merveille les débats actuels sur la « théorie du genre » et autres théories fumeuses à propos de la façon d’élever petits garçons et petites filles…

Avant de mourir, le 14 mai 1643, Louis XIII eut le temps d’offrir à la France deux beaux mâles. Le premier, on le connait tous, est le fier Louis XIV qui a à peine 5 ans à la mort de son père. Le second s’appelle Philippe et est destiné à devenir duc d’Orléans.

Mazarin et Anne d’Autriche, la mère des deux bambins, se chargent de leur éducation et n’ont qu’une seule crainte: que les deux frères ne deviennent rivaux en grandissant. Ce serait tout de même dommage que Louis et Philippe se mettent à imiter Charlemagne et Carloman, admettez-le!

Pour trouver une solution à cet épineux problème – l’avenir de l’unité française en dépend – les « parents » ont une riche idée: pour éviter que Philippe ne jalouse son frère aîné, ils décident de l’élever… comme une petite fille!

Pour qu’il se sente moins seul (et certainement moins ridicule…), il est mis en contact avec un deuxième garçon du même âge que l’on travestit également: un certain François de Choisy.

Oreilles percées, jupes de dentelles, maquillage,… Mazarin et Anne d’Autriche ne reculent devant rien pour mener leur plan à bien! En féminisant l’enfant à l’extrême, ils comptent bien adoucir son caractère et en faire un être faible et manipulable…

Louis XIV et son frère Philippe

Louis XIV et son frère Philippe, « déguisé » en fille durant toute son enfance

Pour compléter cette parfaite éducation (sic), Mazarin ne trouve rien de mieux à faire que confier Philippe à son neveu le capitaine des Mousquetaires, Philippe Mancini, homosexuel notoire qui initie le jeune adolescent au « vice italien »

Les années passent, et le petit Philippe est maintenant un homme. Il se fait maintenant appeler Monsieur (oui, oui, Monsieur tout court).

Jamais, il ne cherchera à s’opposer à son frère Louis XIV. Détail intéressant, Monsieur, tout comme François de Choisy d’ailleurs, aimera se travestir de temps en temps. Nostalgie de son enfance? Sans aucun doute!

Même s’il épouse sans opposer une farouche opposition les femmes qu’on lui impose pour des raisons politiques (Henriette d’Angleterre puis la princesse Palatine), il ne s’épanouit sexuellement qu’en la compagnie d’autres hommes – et ne s’en cache pas d’ailleurs.

Quelle leçon retirée de l’histoire de Monsieur, duc d’Orléans? Absolument aucune! Je ne me risquerai pas sur ce terrain-là en tout cas! Hasard ou pas, quoi qu’il en soit, force est de constater qu’Anne d’Autriche et Mazarin ont bien réussi leur coup!

Pour approfondir…

____________________________________

Vous avez aimé cet article ? Alors j'ai besoin de vous ! Vous pouvez soutenir le blog sur Tipeee. Un beau geste, facile à faire, et qui permettra à EtaleTaCulture de garder son indépendance et d'assurer sa survie...

Objectif: 50 donateurs
Récompense: du contenu exclusif et/ou en avant-première

Je vous remercie pour tout le soutien que vous m'apportez depuis maintenant 5 ans, amis lecteurs!
Djinnzz

PS: ça marche aussi en cliquant sur l'image juste en dessous ↓↓↓↓

Djinnzz

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture

Vous aimerez aussi...

11 Réponses

  1. Marteau dit :

    Lol!!!
    Excellente histoire! Le frère de Louis XIV élevé comme une fillette, je n’aurais jamais cru ça possible…
    Reste à savoir si le masque de fer était lui aussi un transsexuel !!! 😛

  2. Patchwork dit :

    Le débat sur la théorie du genre est totalement absurde.
    C’est la conséquence d’une politique désastreuse du gouvernement, avec le mariage pour tous, la GPA, la PMA et autres fadaises.
    Et franchement, en quoi faire jouer des petits garçons à la barbie et les petites filles à la voiture (véridique, certains « intellectuel » pronent ce type d’éducation… affligeant) vont faire progresser l’égalité homme-femme 😕

    Les féministes sont ridiculement ridicules…

    Merci en tout cas pour cet article qui montre qu’on n’est aujourd’hui pas beaucoup plus évolués qu’au XVIIe siècle.

    • ysa dit :

      Bonjour.
      fille unique j’ai eu la chance d’avoir les jouets que je désirais : des poupées et aussi des voitures, un train électrique , un microscope… j’ai toujours aide moi père au bricolage et pour entretenir la voiture : changer une roue, faire démarrer avec des cosses, vérifier et rajouter de l’huile… et j’aidais aussi mere à la cuisine, mais ce n’étais pas ce que je préférais…
      résultat ? je suis mariée (avec un homme) et mère de famille… et mon côté garçon manqué ne m’a jamais empêche d’être une femme.
      à l’adolescence, un/e jeune est naturellement attire par une personne du sexe opposé…ou du même sexe, et ce n’est pas parce qu une fille aime les camions que cela va changer …
      laisser les enfants choisir le jouet qui leur plaît…

  3. Tanouka dit :

    Patchwork > Le problème est que ces « bien-pensants » confondent égalité des droits et égalité des genres.

    Un homme et une femme sont génétiquement différents, leurs droits doivent être identiques d’un point de vue social, et c’est aussi simple que ça.

    Pour ce qui est de rendre les deux sexes identiques, c’est mené tambour battant par de parfaits idiots.

  4. Patchwork dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec vous!!
    Le féminisme extrême et la recherche utopique d’une société « égalitaire » ne peut que déboucher sur des dérives de cet ordre.

  5. Joe dit :

    L’exemple particulier de ce « Monsieur » ne prouve rien.
    Vous avez bien raison de ne pas vouloir en tirer de conclusions hâtives.

  6. Jeanjean dit :

    350 mille lecteurs de votre magazine. Félicitations pour ces bons chiffres. En attente de lire le numéro 2!

  7. gland dit :

    « Même s’il épouse sans opposer une farouche opposition les femmes qu’on lui impose »

    les interventions de Kévin me coupent parfois dans les anecdotes, mais ça c’est joli 🙂

    si quelqu’un retrouve le nom de cette figure de style…

  8. Conomore dit :

    Il faut dire qu’Anne d’Autriche et Mazarin avaient sous les yeux le fâcheux exemple de Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII, conspirateur forcené et frondeur enragé. Du temps de Richelieu, Gaston d’Orléans a été mêlé à tous les complots visant le cardinal. Lorsque le complot était démasqué, Monsieur (il s’agit d’un titre officiel pour le frère cadet du Roi) courait implorer le pardon de son frère et « donnait » sans scrupules ses complices.
    Quant à Philippe, appelé « le petit Monsieur » jusqu’à la mort de cet oncle terrible (en 1660), il fut systématiquement écarté des affaires par Mazarin, puis par son frère. En 1677, alors qu’il vient de montrer un grand courage et de vraies qualités de stratège, Louis XIV l’écarte définitivement des champs de bataille. Ce qui n’empêchera pas le Roi Soleil de pleurer beaucoup à la mort de ce frère qu’il avait si maltraité.
    Dernier petit détail: sur le tableau illustrant l’article, Philippe n’est nullement déguisé en fille. Simplement, à cette époque, les garçons portaient la robe jusqu’à l’âge de 5 ou 6 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.