1942, l’année de tous les possibles

Avant-propos

Les désirs d’expansion du fier peuple japonais semblent sans limite. Déjà bien implantés en Chine, ils conquièrent peu à peu la Malaisie, la Birmanie, Sumatra,… Leurs victoires sont fulgurantes ! Le 7 décembre 1941, ils franchissent le Rubicon en attaquant la base américaine de Pearl Harbor. En réaction, les États-Unis se décident à entrer dans le conflit… Dès lors, la seconde Guerre devient (vraiment) mondiale.

Dans tous les camps, l’effervescence est absolue.

1942 s’annonce comme une année charnière. L’année de tous les possibles.

Hitler se sent pousser des ailes

Quatre jours après l’attaque japonaise, Hitler se rend au Reichstag pour une réunion exceptionnelle. Il y déclare officiellement la guerre aux États-Unis… Cette décision lui apportera, pense-t-il, le soutien des Japonais contre l’URSS.

En janvier 1942, Hitler débute sa Solution Finale. C’est une constante depuis le début de la guerre : à chaque fois qu’il traverse une mauvaise passe sur un théâtre d’opérations, il accentue la répression envers les Juifs, les Tziganes, les homosexuels,… Les rafles, les chambres à gaz et les horreurs en tout genre montent en puissance tout au long de l’année 1942.

Dans le Pacifique, le Japon semble inarrêtable

Quant aux Japonais, ils poursuivent encore et toujours leurs expansion en Asie. Le « Rommel japonais », le Général Yamashita, prend possession de Singapour (alors colonie britannique), pourtant réputée imprenable ! C’est dans ce contexte qu’est lancé le fameux projet du pont sur la rivière Kwaï, rendu si célèbre par le cinéma, dont l’ultime but est de faciliter l’accès à l’Inde.

En quelques mois, le Japon s’empare donc de la moitié du Pacifique. Les Américains prennent finalement un avantage certain lorsqu’ils parviennent, au printemps 1942, à déchiffrer le codes secret utilisé par les Japonais. Bientôt, ils interceptent un message d’une extrême importance : l’ennemi s’apprête à bombarder et à s’emparer de Midway, un atoll pas très loin d’Hawaï.

Début juin, dans le plus secret, les Américains se préparent à « accueillir » les Japonais. Sans surprise, leur victoire est écrasante! Pas moins de 4 porte-avions japonais sont détruits… Les avions nippons, n’ayant plus nulle part où se poser, tombent à court d’essence et se crashent dans l’océan.
Les Japonais se reportent plus au Sud, vers l’Australie, et plus précisément sur l’île de Guadalcanal où ils construisent une base aérienne. Cette position inquiète les Américains qui y organisent un débarquement le 7 août 1942. L’issue du combat ne fait pas vraiment de doutes… Mais l’ardeur avec laquelle les militaires japonais se font décimer, au nom du Bushido, code des principes moraux des samouraïs, rend la tâche des Marines très compliquée…

Dans le désert africain, un grain de sable dans la machinerie allemande…

En Nord-Afrique, Rommel et ses troupes de l’Afrika Korps sont aux portes de l’Egypte, menaçant de s’emparer du stratégique canal de Suez.

Du 26 mai au 11 juin 1942, la bataille de Bir-Hakeim (un simple point d’eau dans le désert de Lybie) fait rage pour tourner finalement en faveur des Forces Françaises Libres, les forces armées de la France libre dirigées par le général de Gaulle, pourtant en sous-nombre.

Ce mini-succès, ce « grain de sable » dans les rouages ennemis, permet de retarder l’avancée des troupes italo-allemandes. Les Britanniques profitent de ces quelques jours de répit pour se déployer puis de finalement triompher à bataille d‘El-Alamein (Égypte) à la fin du mois d’Octobre.

Les troupes nazies sont donc finalement repoussées et la menace sur le canal de Suez supprimée… On vient d’éviter de justesse une catastrophe !

En Atlantique, les U-Boote ne sont plus les rois

Les U-Boote allemands continuent leurs ravages sur la flotte militaire et marchande !

En Russie, Stalingrad tremble

En été 1942, les Allemands ont repris leurs marches vers l’Est. Après la cinglante défaite aux portes de Moscou, Hitler s’est replié et change d’objectifs : il ne vise plus Moscou mais Stalingrad et le Sud de la Russie. Le but final est de s’emparer de la Volga et ainsi empêcher la navigation sur le fleuve.

5 millions d’hommes sont envoyés au front russe, dont 300.000 Italiens. Hitler est surpris du peu de résistance que leur offre les Russes. Mais ce qu’il prend pour une fuite est en fait un repli stratégique ordonné par Staline…

Bientôt, Stalingrad tombe aux mains des Allemands… Mais la contre-attaque russe va bientôt commencer.

____________________________________

Vous avez aimé cet article ? Alors j'ai besoin de vous ! Vous pouvez soutenir le blog sur Tipeee. Un beau geste, facile à faire, et qui permettra à EtaleTaCulture de garder son indépendance et d'assurer sa survie...

Objectif: 50 donateurs
Récompense: du contenu exclusif et/ou en avant-première

Je vous remercie pour tout le soutien que vous m'apportez depuis maintenant 5 ans, amis lecteurs!
Djinnzz

PS: ça marche aussi en cliquant sur l'image juste en dessous ↓↓↓↓

Djinnzz

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture

Vous aimerez aussi...

6 Réponses

  1. Manu dit :

    Merci pour ce dossier qui va être très utile à ma fille pour réviser son brevet.
    On comprend tout, c’est vivant: merci pour elle
    par contre, ne tardez pas trop pour la suite svp.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.