La guerre d’Algérie pour ceux qui n’y connaissent rien

Djinnzz

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture

Vous aimerez aussi...

11 Réponses

  1. louanchi dit :

    lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news

    En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l’époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l’Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l’ isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd’hui se décide à parler.

    35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.

    Sur radio-alpes.net – Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) – Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone…émotions et voile de censure levé ! Les Accords d’Evian n’effacent pas le passé, mais l’avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi

  2. djemaa maazouzi dit :

    Cette manière de vouloir équilibrer les responsabilités des atrocités durant la guerre pour expliquer l’impossible intégration algérienne à la France est édifiante ! Deux petits paragraphes sur la colonisation (et cela s’intitule « décolonisation dans la douleur »), c’est vraiment de l’histoire pour ceux qui ne savent rien et n’en sauront pas plus !
    Affligeant.
    D. M.

  3. Djinnzz dit :

    Ma chère Djemaa Maazouzi,

    Tout d’abord, sachez qu’un commentaire de votre part me touche du fond du coeur (vraiment). Grâce à vous, je viens d’apprendre que j’étais lu par l’élite culturelle québécoise! La classe. (Si vous êtes bien la Djemaa Maazouzi que l’on trouve en première page de Google et qui a un CV long comme le bras).

    Ceci dit, du haut de votre (im)pitoyable dédain, je vous invite à nous ouvrir les portes de votre savoir et je suis impatient de lire votre propre analyse du conflit!

    Vous avez dû lire l’article en diagonale car je n’évoque pas d’équilibre des responsabilités durant la période de colonisation. J’évoque seulement un équilibre de l’horreur entre les deux camps durant la guerre. Nuance…

    Car je n’ai pas bien compris ce que vous reprochiez à l’article.
    – Est-ce sa brièveté? Dans ce cas, je rappelle le concept de ce site qui est de distiller chaque jour quelques gouttes de savoir.
    – Est-son absence de prise de position politique? Désolé, mais je garde mon opinion politique pour moi: je n’ai pas à en faire l’étalage. Ici, on n’étale que sa culture: ce n’est pas un site d’opinion mais un site de savoir! 😉
    – Sont-ce des erreurs dans le texte? Dans ce cas, je vous remercierais de nous en faire part pour les corriger au plus vite.
    – A moins que ce soit le concept même de la culture facile d’accès (donc forcément réductrice, on n’a rien sans rien) qui vous gêne?

    Je rappelle également au passage que cet article s’inscrit dans le programme officiel du baccalauréat…

    Je vous remercie (vraiment) de faire vivre ce site en le commentant, même si, évidemment, une réponse (un peu) moins méprisante et (un peu) plus argumentée aurait été géniale.

    Dans l’attente de vous lire,

    PS: Avez-vous rendu public votre mémoire de recherche sur « la fabrication de la mémoire et de la communauté dans des imaginaires de la Guerre d’Algérie en France (1962-2007) dans la littérature et le cinéma »? Ce sujet m’intéressant grandement, je le lirais bien volontiers.

  4. Maztek dit :

    Merveilleuse réponse à l’agressivité. Etant moi même en plein apprentissage, je prend note… Merci!

  5. MOUMMI Akhésa dit :

    Super article !!!! très bien expliqué !!!!

  6. charzane dit :

    Dans un site web, il serait judicieux de faire figurer un lien ou une rubrique « qui nous sommes ? » afin de pouvoir identifier l’origine des « auteurs » et du webmaster. Dans sa démarche scientifique, l’historien s’applique toujours à identifier, vérifier et valider ses sources. Dans votre site, qu’est-ce qui permet à un élève ou à un jeune en recherche d’information d’exercer son esprit critique en identifiant sa source documentaire ? pourquoi ne pas oser vous présenter comme le font tant d’auteurs de sites et de blogues pédagogiques fort bien faits. Merci d’y réfléchir.
    Une réflexion sur la forme dialoguée de votre « cours » ; l’élève qui s’interroge et à qui vous répondez, est-il fictif ou bien en avez-vous véritablement mis un à contribution de façon authentique ? Dans ce cas, ce serait courageux et pertinent …

  7. Rulio dit :

    Ca me gonfle tous ces rageux qui n’ont rien d’autre à foutre que de critiquer. 😈
    Si t’es pas content, retourne donc lire Wikipedia et nou emm*** pas.
    Bravo Djinnzz, continue comme ça c’est toujours un plaisir de vous lire.

  8. Djinnzz dit :

    @Charzane : La Rubrique « Qui sommes-nous » existe bel et bien! Cliquez donc sur le point d’interrogation dans le menu en haut du site.

    Vous comparez mon travail (et celui des autres contributeurs du site) au travail d’un historien. C’est très flatteur! Hélas, EtaleTaCulture n’a pas encore cette prétention et se veut surtout un espace de découvertes culturelles, plus qu’une source de savoir encyclopédique. Du moins, pour le moment…
    Les lecteurs soucieux d’en apprendre davantage sur un sujet peuvent toujours se plonger dans les propositions de lecture « Pour Approfondir » située en bas de chaque article.

    Je constate tout de même que l’Histoire semble être un espace de chasse-gardée… Laurent Deutsch, qui a pris le risque de mettre en pause sa carrière d’acteur pour se consacrer à l’Histoire, subit lui aussi les foudres des « vrais » historiens, son travail manquant soi-disant de rigueur…
    Même si ses travaux n’arrivent évidemment pas à la cheville d’un « vrai » bouquin d’un « vrai » historien, ce n’est de toute façon pas ce qu’on lui demande!
    Mêne constat avec Max Gallo lorsqu’il romance des faits historiques…
    Bref, la vulgarisation (dans n’importe quel domaine d’ailleurs) a toujours fait bondir les experts! Et c’est bien dommage…

    Concernant mon anonymat, je ne pense pas que mon nom et mon prénom apporte une quelconque plus-value au lecteur! Mais c’est très gentil de vous intéresser à moi. Comme vous me le proposez, j’y réfléchirais…

    Concernant le petit Kevin, je suis encore une fois flatté que vous vous posiez la question de sa réelle existence ou non… C’est que je fais bien mon job! Dans le même genre d’idées, demanderiez-vous à Jostein Gaärder si l’héroïne de son roman Le Monde de Sophie est bien réelle? Je ne pense pas.
    Je ne vois pas en quoi il serait « courageux » d’interviewer des vrais enfants… 😯

    Pour conclure, je ne comprends pas les critiques que vous formulez. Tout comme je le disais à Djemaa Maazouzi, merci de me faire part d’éventuelles erreurs dans le texte que je me ferais un plaisir de corriger le cas échéant.

    @Rulio : Merci pour vos encouragements! Je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin 😉

  9. sino dit :

    🙂

  10. Soso dit :

    Encore une fois on nous presente cette guerre sous l’angle biaisé d’une partie d’anciens d’algérie (pieds noirs et militaires anti gaulliste) et qui s’impose au reste des français. L’angle sous lequelle en fait ce serait De Gaulle qui d’un bon matin aurait d’ simple humeur décidé de donner l’independance à l’Algérie. Evidemment ceci est complement faut et erroné.

    Il faut juste rappeller que si militairement la situation lui etait favorable, sur le plan politique la situation l’etait devenue nettement rn faveur du FLN avec une population qui lui etait massivement acquise comme l’on demontré les grandes manifestations/emeutes populaires de fin 1960. En revanche l’option de la « troisième voie » qu’il defendait (Algérie autonome sous souverainté francaise) n’avait acquis aucun soutient populaire malgré les efforts consentit, notamment militaire.
    C’est ce constat qui a convaincu de Gaulle que la negociation sur l’independance et avec le FLN seul deboucherait etait la seule solution au conflit.

    cordialement

  11. Agafia dit :

    Ne pas oublier que la colonisation de l’Algérie est partie de la volonté française de détruire la piraterie et l’esclavagisme des Barbaresques… Combien d’Européens chrétiens se sont retrouvés vendus sur les marchés d’esclaves ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.