Vae Victis! Ou quand Rome se prend une rouste qu’elle n’oubliera pas de sitôt!

En 390 avant Jésus-Christ, Rome n’est pas encore l’Empire qui règne en maître incontesté sur toute la Méditerranée. C’est encore une cité modeste, dont la suprématie est régulièrement contestée par leurs voisins.

C’est ainsi les Gaulois parviennent à lancer un assaut sur la ville et commencent à monter un siège autour de la colline du Capitole, où les Romains se sont réfugiés.

Les Gaulois tentent un assaut nocturne et escaladent les murs de la ville sans faire de bruit. Mais leur assaut va etre repoussé par… des oies! Et oui, les fameuses oies du Capitole, élevées par les prêtres, n’apprécient pas de se faire réveiller en pleine nuit et font un boucan de tous les diables qui réveille la garde romaine…

Ce premier assaut repoussé, les Gaulois continuent à tenir le siège. Au bout de plusieurs mois, les Romains commencent à manquer de vivres et ouvrent les négociations. Les assaillants acceptent de se retirer en échange d’une importante somme d’or, qui s’élèverait à 1000 livres (soit un peu plus de 300 kilos d’or!).

– 300 kilos d’or? Mais c’est énorme!!!

– C’est pas mal, en effet… Au cours actuel, cela correspondrait à une somme de près de 13 millions d’€uros!

Humiliés, les Romains n’ont pas vraiment d’autres choix que d’accepter le deal. Mais leur humiliation ne va pas s’arrêter là! Au moment de payer le tribut, les Romains se plaignent que les poids utilisés par Brennus pour peser l’or sont faussés. Avec panache, le chef gaulois ajoute son épée sur la balance en lançant cette phrase qui a traversé les siècles: « Vae victis! », c’est à dire « Malheur aux vaincus! »

Le triomphe de Brennus est total! Total, vraiment? Non, pas vraiment, en fait… Peu de temps après sa victoire, les Romains parviennent à remettre sur pied une armée et inverse la tendance. Ils parviennent finalement à écraser l’armée gauloise et à récupérer leur or! L’honneur est sauf, et les caisses sont de nouveau pleines… L’Histoire, par contre, retiendra uniquement l’épisode de Brennus… et oubliera le retournement de situation: Napoléon III glorifie Brennus et le transforme en héros national au détriment, bien sûr, de la réalité historique. Comme d’habitude, méfions-nous de la propagande!

L’Info du Jour qui te permet de briller en société

Les plus sportifs d’entre vous auront sans doute fait l’analogie avec le bouclier de Brennus, le nom donné au trophée remporté par les champions de France de Rugby. FAUX!

En fait, c’est Charles Brennus, dirigeant d’un club de rugby au début du XXè siècle, qui a modelé le trophée. Rien à voir, donc, avec le chef de guerre gaulois!

Pour approfondir…

____________________________________

Vous avez aimé cet article ? Alors j'ai besoin de vous ! Vous pouvez soutenir le blog sur Tipeee. Un beau geste, facile à faire, et qui permettra à EtaleTaCulture de garder son indépendance et d'assurer sa survie...

Objectif: 50 donateurs
Récompense: du contenu exclusif et/ou en avant-première

Je vous remercie pour tout le soutien que vous m'apportez depuis maintenant 5 ans, amis lecteurs!
Djinnzz

PS: ça marche aussi en cliquant sur l'image juste en dessous ↓↓↓↓

Djinnzz

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture

Vous aimerez aussi...

3 Réponses

  1. Eurosix dit :

    Je viens de sauter de votre article sur la « Victoire à la Pyrrhus » à « l’Armée gauloise de Brennus » et je suis déçu !
    Le « bouclier de Brennus » n’a donc rien à voir avec la victoire des Gaulois sur Rome !
    Dans mon subconscient, j’additionnais les deux et je me sentais fier que les Gaulois aient donné une leçon à Rome. Je croyais que « Brennus » » était le nom de tous les chefs gaulois et qu’au retour de Rome, ce Brennus était tombé dans une embuscade romaine. Le « bouclier du chef Brennus aurait été ramené à Rome pour prouver la victoire des romains.
    Hélas ! Ce n’est pas le cas mais il vaut mieux savoir que de mourir idiot !
    Eurosix (descendant possible des Gaulois !)

  2. Arno dit :

    Selon les historiens et en particulier leur origine, (romains ou non), la seconde bataille entre Brennos (et non « Brennus » qui est la forme latinisée et insultante du nom) et les romains de Camille au « chemin des Gabies », est contée comme une victoire totale des romains avec la reprise de l’or, à une bataille de retardement qui permit aux Gaulois de mettre leur butin en sécurité.
    Vu la crise économique et la famine qui suivirent le sac de Rome et la soudaine richesse des Sénons, il y a fort à parier que c’est cette dernière hypothèse, (celle défendue par Plutarque, pourtant Romain lui aussi), qui est la plus proche de la réalité…

  3. Laurent yann Minier dit :

    Il n’y a eu aucune seconde bataille ! quelle farce !…et Brennus est mort en remontant vers le nord…de soi-disant maladie…peu probable…mais bon…
    Par contre, les « vainqueurs » ont réécrit l’histoire (Don Cassius et autres) comme d’habitude…
    attention de ne pas tout gober !
    L’équilibre ne s’est fait quelques siècles plus tard via Jules César point barre…qui lui même est mort de ses excès…etc…etc…bis répétitas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.