Pourquoi la Révolution de 1789 ?

Vous avez aimé cet article ? N'oubliez pas de soutenir le blog sur Tipeee! Un beau geste, facile à faire, et qui permettra à EtaleTaCulture de garder son indépendance et d'assurer sa survie...

(Et en plus, ça donne accès à du contenu exclusif et/ou en avant-première !)

Djinnzz

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture

Vous aimerez aussi...

8 Réponses

  1. Djinnzz dit :

    Comme promis, la citation complète:

    Alexis de Tocqueville, L’ancien régime et la révolution (1856)
    CHAPITRE V Comment on souleva le peuple en voulant le soulager

    Quand le roi, treize ans avant la Révolution, essaye d’abolir la corvée, il dit dans son préambule : « A l’exception d’un petit nombre de provinces (les pays d’états), presque tous les chemins du royaume ont été faits gratuitement par la partie la plus pauvre de nos sujets. Tout le poids en est donc retombé sur ceux qui n’ont que leurs bras et ne sont intéressés que très secondairement aux chemins ; les véritables intéressés sont les propriétaires, presque tous privilégiés, dont les biens augmentent de valeur par l’établissement des routes. En forçant le pauvre à entretenir seul celles-ci, en l’obligeant à donner son temps et son travail sans salaire, on lui enlève l’unique ressource qu’il ait contre la misère et la faim pour le faire travailler au profit des riches. »

    Quand on entreprend, dans le même temps, de faire disparaître les gênes que le système des corporations industrielles imposait aux ouvriers, en proclame au nom du roi « que le droit de travailler est la plus sacrée de toutes les propriétés ; que toute loi qui lui porte atteinte viole le droit naturel et doit être considérée comme nulle de soi; que les corporations existantes sont, en outre, des institutions bizarres et tyranniques, produit de l’égoïsme, de la cupidité et de la violence ». De semblables paroles étaient périlleuses. Ce qui l’était plus encore était de les prononcer en vain. Quelques mois plus tard on rétablissait les corporations et la corvée.

    Commentaire sur cet extrait:
    Bon, le bouquin date de 1856 alors que le discours fut prononcé en 1776, soit 80 ans avant. Niveau crédibilité historique, c’est pas top.
    Mais Tocqueville est un auteur sérieux et, quand bien même ce ne furent pas les mots exacts prononcés par Louis XVI, l’idée est là: volonté de réformes, d’amélioration du quotidien des classes les plus défavorisées, etc.
    Louis XVI est le créateur du concept du roi socialiste, en quelque sorte !

  2. Julius dit :

    Bye bye les clichés qu’on entend un peu partout par ceux qui n’y comprennent rien…
    Ca fait plaisir !!!!

    Louis XVI était un bon roi, n’en déplaise à certains.
    Marie-Antoinette nétait pas non plus l’écervelée qu’on veut bien nous faire croire.

    La Révolution est la réaction épidermique de la grande bourgeoisie qui voulait s’accaparer le pouvoir. On a brodé autour des légendes pour faire plaisir au peuple…

  3. Patoche dit :

    Pour être parfait, j’aurais aimé quelques sources d’auteurs sérieux qui soutiennent ces thèses…

    • Ignace dit :

      Ben si, des sources il y en a : Alexis de Tocqueville…

      Après, honnêtement, les thèses développées dans cet article ne sont pas franchement révolutionnaires (jeu de mots 😉 ) et on les retrouve dans tout bon livre d’histoire sur la période…

  4. Linthia dit :

    Concernant les cahiers de doléances, je me suis toujours demandé qui les remplissaient ?

    Le peuple ne savait pas écrire, j’imagine.
    Disaient-ils leurs doléances aux curés du village, par exemple, qui les consignaient ? Mais dans ce cas, comment être sûr que le curé écrivait bien ce que leur disait les habitants ?

    Rien qu’à l’échelle d’une entreprise, si on fait le tour des avis des salariés (genre « boite à idées »), plus de la moitié des réponses seront farfelues, irréalistes. Elles seront parfois même injurieuses. En tout cas, rarement constructives.

    C’est comme ça, je le sais d’expérience.

    Alors à l’échelle d’un pays ?! Il y avait forcément un « filtre », un scribe qui décidait si telle ou telle proposition devait apparaître, ou non…
    Donc toute la spontanéité du processus en prend un coup.

    Notez bien que ce sont des questions que je me pose, je ne connais pas la vérité historique sur ce sujet…

    • gilles_c dit :

      J’aime beaucoup le style !
      Preuve qu’on peut faire de l’histoire « sérieusement » sans tournure alambiquée et en captivant son lectorat !

      Les manuels scolaires devraient en prendre de la graine…

    • gilles_c dit :

      Pardon, mon message précédent était général et ne devait pas apparaître comme une réponse à votre commentaire, Linthia.

      Je n’ai absolument aucune connaissance qui pourrait apporter un élément de réponse à votre question sur les cahiers de doléances…

  5. PierreTyl dit :

    Le contenu est intéressant, par contre le style est disons « étonnant ».
    Je ne saurais dire encore si j’apprécie, ou non. Il faudra sans doute que je lise d’autres publications pour me forger une opinion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *