L’Histoire des Civilisations en une seule (grande) image

Djinnzz

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture

Vous aimerez aussi...

34 Réponses

  1. Maggie dit :

    Joli et utile : Good job.

  2. lamblot dit :

    Genial! Cela permet de prendre de al hauteur et de sentir la dynamique de l’histoire des hommes. On se rend aussi bien compte que la « competition » internationale n’est pas nouvelle!
    J’attends la nouvelle version avec impatience!

    PS: Vous devriez faire un article sur ECONOMIX. L’histoire de l’economie mondiale en BD. Genial!

  3. TortueGéniale dit :

    Un travail de fou!!!
    Bravo et merci

  4. Bop dit :

    Très très bon ! Qu’est notre 20ème siècle à l’échelle de tout ça !

    • Djinnzz dit :

      Pas grand chose en effet! 😉

  5. Synoptique dit :

    Pour info, dans le même genre d’idée, il existe un « Tableau synoptique de l’histoire du monde pendant les cinquante derniers siècles » de Louis-Henri Fournet aux éditions SIDES. Les pays en axes de abscisses et les années en axe de ordonnées. Très synthétique. Passionnant.

  6. Mulliez dit :

    Très signifiant, en effet! Cela nous situe un peu dans une suite des Civilisations et relativise les changements des centres des centres de gravité et des impérialismes au fils des temps. Nous ne sommes pas seuls, ni uniques ni les plus forts 👿

    • Djinnzz dit :

      C’est tout à fait le sentiment que j’ai eu en découvrant cette infographie…

  7. Rythminathing dit :

    pour info: vient de sortir un bouquin de 450 pages aérées et en caractères lisibles chez les nuls: « l’histoire de monde » écrit par philippe moreau deforges, un pendant manuscrit bien fait du super graphique. le bouquin va tout à fait dans le sens du commentaire de mulliez.

  8. Chaker dit :

    Remarquable travail pour être instructif , en tout cas il serait bien de recouper les informations d’une série intitulée Histoire de l’humanité et remonte dans le temps à 10 000 ans !
    Une autre suggestion, qui n’engage que ma vision du monde moderne, avec un commencement qui permettrait de redessiner le synoptique infographique en forme de « sablier » car la théorie de l’évolution passe à mon sens par un « goulet » de restrictions pour mettre au coeur de tous les débats l’Homme en sa qualité de point d’appui et d’être suprême à la fois.

  9. Mihajlov Florian dit :

    Une carte vraiment intéressante et assez juste même si je pense que le royaume de France devrait avoir une plus grande place au 13ème siècle suite à la bataille de Bouvines ! Ensuite à la fin de la carte on dissocie empire Britannique et Angleterre-Irlande, je ne trouve pas ça pertinent. Soit on considère le Commonwealth, soit on considère le Royaume-Unis d’un côté et de l’autre, le Canada, l’Australie etc comme des nations souveraines. Mais bon dans tous les cas sur des périodes aussi longues c’est du super boulot !
    Merci pour le partage. 🙂

  10. Shinji dit :

    Superbe boulot, plaisant à lire, truffé d’anecdotes, d’infos importantes et d’autres insolites.
    Dosage parfait

    J’arrête là pour les compliments car vous n’allez plus pouvoir mettre vos chaussures maître Djinnzz ^^

  11. Armelle dit :

    C’est génial… les commentaires laudatifs précédents reflètent bien mon opinion. Une telle « chronologie enrichie » est oeuvre nécessaire pour notre époque tellement centrée sur elle-même et sûre de sa supériorité technologique: Elle a le mérite de nous rappeler clairement que, peu importe leur durée et leur ampleur, les empires naissent, croissent… et meurent. Comme le dit très bien Mulliez: « Nous ne sommes pas seuls, ni uniques ni les plus forts ».

    Et au passage, je plébiscite ta note nº5, Djinnzz!

    • Djinnzz dit :

      Merci Armelle !

      Pour le poster, j’y travaille… A priori, format de 160 x 40 cm en vue.
      Je vais déjà en faire un tirage pour moi et si le résultat est sympa, je le proposerai à la communauté 🙂

  12. pascal dit :

    Les textes et les événements sont bien choisis, la vue d’ensemble crée un effet assez saisissant…
    C’est toi qui a fait tous les dessins à la main ?

    • Djinnzz dit :

      Oui, les dessins sont faits à la main ! 😉

  13. Histo dit :

    Je connaissais l’Histomap, le travail de Sparkes que vous mentionnez.
    Vous l’avez sublimé, comme on dit dans les émissions de télé 🙂

  14. Soudet dit :

    Bonjour,

    le poids des Hindous et de la Chine n’est-il pas quelque peu sous-évalué? Du début de notre ère à la Révolution industrielle, l’Inde et la Chine représentent suivant les périodes jusqu’à 50 % du PIB mondial de l’époque (voire même plus! http://bit.ly/2jm4Ucy ). De plus, ils ont toujours été des géants démographiques (la Chine comptait déjà 60 millions d’habitants à l’époque des Lumières!).

    • Histo dit :

      Oui, ça pose la question de ce qui fait vraiment la grandeur d’une nation…
      Est sa seule démographie ? son PIB ? son rayonnement culturel ? Un mix d’un peu tout à la fois ?

    • Opale dit :

      Le titre parle de « puissance relative »… A mon sens, il s’agit donc d’influences réciproques, et donc d’interactions.
      De plus, sans dénigrer la valeur des recherches dont parle cet article, il me semble un peu difficile de faire un calcul de PIB, qui nécessite des données chiffrées précises et exhaustives, mille voire deux mille ans après les faits… Et à plus forte raison de comparer ce genre de données à des époques moins mondialisées : la Chine est actuellement une puissance économique majeure parce qu’elle exporte dans le monde entier ; mais à l’époque de Marco Polo, par exemple, le PIB de la Chine avait-il réellement une influence sur les pays du Moyen-Orient, d’Europe ou d’Afrique ?
      Quand à la question de la démographie, la même remarque peut s’appliquer : les Romains n’ont pas eu besoin d’être très nombreux pour dominer d’autres populations humains, tandis qu’une croissance démographique très élevé au sein d’un vaste territoire comportant peu d’autres peuples n’aura pas une grande influence sur les autres nations. De plus, la démographie peut parfois constituer un problème plus qu’un facteur de puissance (comme actuellement en Chine, en Inde et en Afrique)…

  15. Colo dit :

    C’est très bien lisible sur téléphone également… beau boulot !

    (GG comme on dit dans le milieu des gamers)

  16. voynich dit :

    salut, j’ai une question, si vous voulez bien avoir l’amabilité de me répondre, et merci d’avance.

    C’est : j’aime bcp votre site, et j’aime bien la culture générale, et je voudrais bien créer un site basé sur la culture générale, mais dans une autre langue, la question est : est il permis et possible « d’emprunter » des infos dans votre site, pour les publier dans mon propre site ou pas ? si c est pas possible, je comprendrais, et merci d’avance pour votre réponse.

    • gollum dit :

      Voynich : pas de soucis a priori, il est précisé tout en bas de chaque page du site que le contenu est sous licence Creative Commons. Donc possibilité de réutiliser, sous réserve de laisser un lien qui redirige vers le site-source.
      C’est la moindre des choses de toute façon, sinon ça s’appelle du pillage…

  17. Machinozone dit :

    Il y a des civilisations dont je n’avais même jamais entendu parler !

    Le monde a tellement changé en 4000 ans… Il changera encore dans les millénaires qui vont venir, bien malin celui qui saura prédire ce qui se passera !

    C’est triste, dans un sens, qu’on ne puisse voir tous ces changements que selon le point de vue de notre simple vie de mortels…

  18. Mo dit :

    Travail intéressant cependant je vous invite vraiment à mieux vous renseigner pour la civilisation Noire Kamite Égyptienne !
    Un savant et scientifique Africain, le professeur Cheikh Anta Diop a écrit Nègres Nations Cultures, puissiez-vous le lire.

  19. jean dit :

    C’est super mais forcément partiel :-p
    Donc : rien sur les majestueuses civilisations pré-colombiennes ? La Suède est-elle vraiment une civilisation en tant que telle ? Et rien sur la civilisation juive ? En fait, il faudrait définir le terme de civilisation.

    • laurent cabiac dit :

      y a les hébreux
      mais pas d’africain

    • Opale dit :

      A mon avis, ces « oublis » s’expliquent parce que l’infographie rend compte de l’influence des civilisations les unes sur les autres et non de leur « valeur » intrinsèque. Ainsi, les civilisations pré-colombiennes n’ont aucune influence sur celles des autres continents (et réciproquement), puisqu’elles ignorent leur existence respective ; elles n’ont donc pas leur place dans la « lutte d’influence » illustrée ici (il faudrait en faire une spécifique au continent américain en distinguant ces différents peuples). Quand aux juifs, ils ont eu peu d’influence en tant que « civilisation » : ils jouaient un rôle important, notamment économique, dans de nombreux pays, mais n’avaient pas d’influence culturelle, politique… Probablement puisque la nature même de leur culture de peuple « élu » les pousse à s’isoler des autres cultures. La Suède, elle, a exercé une influence en tant que pays sur la scène internationale, de même que les autres pays cités, d’où leur présence ici.
      Quand au commentaire de laurent cabiac : les peuples d’Afrique, comme ceux d’Amériques (ou d’Océanie) exerçaient certes une influence les uns sur les autres, au sein de leurs continents, mais avaient très peu de liens avec le reste du monde. Seuls les peuples méditerranéens sont donc figurés ici (Égypte, pays musulmans d’Afrique du Nord). Encore une fois, il ne s’agit pas d’un jugement de valeur dépréciatif : l’infographie rend compte, comme son nom l’indique, de la « puissance relative entre les États, les Nations et les Empires » ; il faut donc des interactions et des sphères d’influence déterminées et déterminables.
      J’espère que ce n’était pas trop confus…

  20. Jeff dit :

    Bonjour, j’aime l’idée, mais je ne comprends pas quelle portée utile peut avoir ce travail s’il ne s’appui que sur la subjectivité f’un seul auteur? Il n’a de valeur que si l’on accepte comme vérité histoire « le ressenti  » d’un auteur du 19e siècle! Qui ferait une telle chose? Vous imaginez bien que l’état des connaissances historiques a évoluée depuis 150 ans et conséquemment ce genre d’appréciation…

  21. laurent cabiac dit :

    Dommage il manque une grosse partie celle des civilisations precolombiennes

  22. D.Urtebize dit :

    Bonjour DJINNZZ,
    Pourquoi avoir démarré ton histoire des Civilisations seulement 2000 ans avant Jésus l’homme ?

  23. Swan dit :

    Super travail !

    Néanmoins, je trouve dommage que le poids des civilisations soit limité à une appréhension subjective. N’y a t il pas des critères objectifs tels que le PIB, le nombre d’habitant, la taille du territoire, le nombre de locuteurs, la valeurs d’armée ou culturelle (bien que cela soit difficilement quantifiable) etc… ?

    • Opale dit :

      Si ces critères sont appliqués actuellement, ils ne peuvent pas être utilisés en histoire ancienne.
      Le PIB est une invention récente, il semble très difficile (pour ne pas dire impossible) de le déterminer pour des civilisations anciennes.
      Quand au nombre d’habitant et à la taille du territoire, ce ne sont pas réellement des critères déterminants : les Perses n’étaient qu’une minorité dans la mosaïque de peuples que constituait leur immense empire, pourtant ils régnaient sans partage. Et Athènes et Sparte, qui ont mis l’armée Perse en déroute lors des Guerres médiques, n’étaient que des cités ! Par la suite, Athènes à contrôlé l’ensemble de la mer Égée, sans pour autant posséder un territoire vaste ou une population importante, et donc a fortiori une force armée nombreuse : il s’agissait surtout d’une supériorité technique et d’un jeu d’alliances. Par la suite, le souverain du petit royaume de Macédoine (une région de Grèce), Alexandre le Grand, a vaincu l’immense Empire Perse et établit son empire de l’Égypte aux frontières de l’Inde.
      Ces quelques exemples concernent surtout la Grèce, mais le même problème se retrouve ailleurs : si on oublie les données chiffrées type PIB, qui pourrait penser en regardant une carte du monde que le Luxembourg, par exemple, quasi invisible sur un atlas, est nettement plus puissant que des pays d’Afrique qui ont pourtant un nombre d’habitant, de locuteurs et une superficie nettement supérieurs ?
      Puisqu’il n’y a pas le même genre de données chiffrées que celles collectées actuellement, ce genre de travail comporte nécessairement une part de subjectivité : il ne reste que des données effectivement difficiles à quantifier, d’ordres politiques et culturels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *