Les Enervés de Jumièges, pas si « énervés » qu’ils en ont l’air!

Djinnzz

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture

Vous aimerez aussi...

4 Réponses

  1. Rorschach dit :

    L’histoire des énervés de Jumièges est passionnante. Cet article ne fait que l’effleurer (ce qui est déjà pas si mal, notez bien)

    Il y a de multiples thèses concernant la réelle identité des « énervés »:

    La thèse Langlois
    C’est cette thèse que vous évoquez ici.
    E. Hyacinthe Langlois, prieur de l’abbaye en 1615, donne dans son livre « Apologie pour l’histoire des deux fils aînés de Clovis II, énervés et moines de Jumièges » une version assez naïve de lidéentité des deux jeunes personnes.
    Il exhume cette vieille légende (ou la crée de toutes pièces peut-être bien) et en donnant comme père le roi de France Clovis II, il veut s’assurer que les biens de son abbaye soit intouchable par l’autorité royale en place (Louis XIII en l’occurrence) . « Ce qui est donné ne peut être repris » semble être son credo. Cela va même au-delà de ses espérances étant donné que, pour s’inscrire dans la alignée de ses lointains ancêtres, le roi va se montrer généreux avec l’abbaye.
    On peine à croire que Louis XIII soit aussi naïf, mais c’est comme ça…

    La thèse Duplessis
    Pour le père Duplessis, les deux hommes sont les fils de Carloman, le frère de Pépin le Bref. Ils se sont rebellés contre leur père et sont rentrés dans un cuvent comme punition. Point question d’énervation ici…

    La thèse Mabillon
    Tassilion et son fils Théodon sont deux opposants au règne de Charlemagne. Ils cherchent à soulever es Huns contre l’Empereur. Ils ne parviennent pas au bout de leur rébellion. Néanmoins, ils ne rentrent pas du tout dans la vie monastique pour se repentir comme le veut les autres thèses.
    Sûrement la thèse la moins romantique, mais la plus réaliste en tout cas!
    C’est à l’endroit où ses deux hommes sont inhumés qu’on érige au XIIIe siècle leur faux tombeau, dans l’abbaye de Jumièges.
    D’ailleurs, les squelettes retrouvés dans le tombeau, un jeune et un vieillard, ont les pieds tourné vers l’Est, ce qui était la coutume pour les séculiers, c’est à dire ceux qui n’ont pas consacré leur vie à Dieu.

    Une autre hypothèse, également très intéressante, joue avec le sens imagé du mot « enervé ». Ils n’ont pas réellement eu les jarrets coupés, mais furent « débilités », c’est à dire tondus, et donc devenus indignes de porter la couronne qu’ils convoitaient.
    II pourrait s’agir des fils de Robert le Pieu qui ses ont révoltés contre leur mère la reine Constance en 1030 et la légende aurait été forgée sous Richard Couer de Lion et Philippe Auguste.

    Bref, c’est sans doute toute cette aura de mystères qui rendent la légende si intéressante.

  2. Colin dit :

    Génial ces petits « + » sur la photo! Je peux me permettre de vous demander comment vous avez fait? Je prévois de lancer mon propre blog dans les jours à venir et cela me donne pas mal d’idées! 😉

    (rassurez-vous, je veux parler de jeux vidéos, donc je ne devrais pas vous faire de concurrence :razz:)

  3. Pour compléter cet excellent article, je vous invite à visiter ma page consacrée au sujet : http://jumieges.free.fr/enerves.htm

    • Djinnzz dit :

      Page qui est l’une des plus complètes sur le web à ce sujet! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *