[Analyse d’une œuvre] La Forge de Vulcain de Diego Velázquez

Autoportrait-Diego-Velazquez

Autoportrait de Diego Velazquez (1599 – 1660), huile sur toile (extrait)

Dans la mythologie grecque, Apollon a le beau rôle. C’est le beau gosse un peu bobo écolo de l’Olympe: il est poète, il se promène en forêt et les nymphes lui tombent dans les bras. A côté de lui, Beigbeder peut bien aller se rhabiller!

Mais que l’on ne s’y trompe pas, Apollon cache bien son jeu. Après tout, c’est un dieu, pas un saint et sous sa belle apparence de jeune premier se cache en fait une âme de voyeur délateur. C’est pas joli joli. C’est même tellement choquant que Velazquez, qui a pourtant peint peu de tableaux mythologiques, a représenté cette scène pour dénoncer la perfidie du jeune dieu…

Dans son tableau La Forge de Vulcain, le peintre représente Apollon sur la gauche. Il vient d’arriver à la forge de Vulcain qu’il a interrompu en plein travail (il n’a même pas le respect de l’artisanat) pour lui révéler son scoop: Vénus, sa femme, est en train de s’envoyer en l’air avec Mars, un autre m’as-tu vu jeune et musclé.

“Sous la belle apparence de jeune premier d’Apollon se cache en fait une âme de voyeur délateur.”

Vulcain n’en revient pas. Il encaisse la nouvelle entre stupéfaction et colère, mais avec dignité (les pectoraux bien dessinés, ça donne tout de suite beaucoup de dignité). Comme lui, ses petits apprentis en jupette en restent bouche bée.
Par la suite, Vulcain va se venger de sa femme: il la surprend en pleine action avec Mars et les emprisonne tous les deux dans un filet puis il fait venir toute l’assemblée des
dieux pour se moquer des amants déconfits et clamer à qui veut l’entendre qu’il est cocu.

Velázquez_-_la_forge_de_vulcain_(Museo_del_Prado,_1630)

La Forge de Vulcain, Diego Velázquez, 1630, Huile sur Toile, 223 × 290 cm, Musée du Prado

Le mari, la femme et l’amant repartent donc humiliés mais Apollon a réussi un beau coup de com’, il est fier de lui! Velazquez a subtilement mais clairement indiqué la perfidie d’Apollon. Regardez attentivement le tableau.

1/ Le vêtement d’Apollon
On pourrait se demander pourquoi un dieu grec se balade habillé en moine bouddhiste. C’est pour éteindre la vigilance de Vulcain. Vêtu de cette façon, il se donne l’apparence de quelqu’un de bon, d’humble et il fait croire au forgeron qu’il n’agit que pour l’aider. Ben voyons! S’il avait réellement viré bouddhiste, il se serait rasé le crâne. Or, comme Monsieur n’a pas sacrifié ses bouclettes, c’est la preuve qu’il ne s’agit que d’un artifice trompeur!

2/ La couronne de laurier
Paré de sa couronne, Apollon veut faire croire qu’il était juste allé faire un petit tour dans les bois, innocemment, pour respirer l’air pur et que c’est vraiment par hasard qu’il a jeté un oeil par la fenêtre de Vénus. Si une déesse habitait une cabane au fond des bois plutôt qu’un palais de marbre, ça se saurait!

3/ Le flash derrière la tête d’Apollon
Apollon est venu accompagné d’un photographe qui est resté à la porte de la forge. Il mitraille la scène pour saisir la colère de Vulcain et pouvoir ensuite vendre ses clichés aux journaux people. Apollon est donc un paparazzi de la pire espèce!

Peu de gens le savent, mais Apollon était donc bien une grosse balance. N’hésitez pas à étaler votre culture la prochaine fois que quelqu’un s’extasiera près de vous devant une de ses statues…
La forge de Vulcain est une oeuvre du musée du Prado, à Madrid, mais elle est exposée au Grand Palais jusqu’au 13 juillet 2015, dans le cadre de l’exposition consacrée à Velazquez.

____________________________________

Vous avez aimé cet article ? Alors j'ai besoin de vous ! Vous pouvez soutenir le blog sur Tipeee. Un beau geste, facile à faire, et qui permettra à EtaleTaCulture de garder son indépendance et d'assurer sa survie...

Objectif: 50 donateurs
Récompense: du contenu exclusif et/ou en avant-première

Je vous remercie pour tout le soutien que vous m'apportez depuis maintenant 5 ans, amis lecteurs!
Djinnzz

PS: ça marche aussi en cliquant sur l'image juste en dessous ↓↓↓↓

Sophie

Officiellement professeur de français dans un collège du Loir-et-Cher, officieusement chimère bordélico-féministico-poétique. J'aime les fleurs, le rose, la lecture et les musées et j'ai décidé de changer le monde en vous faisant partager mes coups de cœur. Les Humeurs de Sophie

Vous aimerez aussi...

9 Réponses

  1. IdeeFixe dit :

    Nouveau design, nouvelle auteure…
    Ce wek-end est décidément plein de surprises.

    Merci à Sophie pour cet excellent article, plein d’humour mais qui traite néanmoins du sujet avec précision!

  2. guy dit :

    Excellent, je me suis régalé!
    ya juste le coup du flash et du photographe où je suis sceptique…
    j’espere qu’on aura d’autres articles du même genre

  3. Philippe dit :

    Quelle bel article, moi je suis fan. @Guy, un coup de flash mais pourquoi pas 🙂 c’est drôle… un peu décalé, mais drôle

  4. Annaelle dit :

    Quand on fait une analyse d’œuvre d’art on l’a fait bien et sans faute d’orthographes. On peu rester drôle et décalé sans pour autant dire n’importe quoi d’un tableau magnifique de maître.

  5. Annaelle dit :

    La
    Fautes d’orthographe
    Autant pour moi ^^’

  6. Emilie dit :

    Cet article est très drôle et décalé, j’adore ! Mais je l’aime quand même un peu moins quand je dois présenter quelque chose de sérieux sur ce tableau en cours demain, et que je galère… Je ne suis à l’Université que depuis quelques mois, mais j’espère que je ne perdrai pas tout mon humour au cours de mon cursus comme la persone du dessus en tout cas ü

    • Djinnzz dit :

      Finalement, ça s’est passé comment, cette présentation du tableau, du coup ? 🙂

    • Emilie dit :

      Oui ça va, j’ai trouvé quelque chose à dire… mais pas ici :’)

  7. rodolf33 dit :

    Jolie tableau, mais on ne sait pas ou est vulcain .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.