Le projet Rosetta, la pierre de Rosette du XXIe siècle

Le projet Rosetta

Un projet inspiré par la pierre de Rosette…

Pendant la campagne d’Égypte de Napoléon (1798 – 1801), les scientifiques de l’expédition font une étrange découverte aux alentours de la ville de Rosette. Il s’agit d’une stèle en granodiorite noir de 1,14 m de haut, gravée de signes. Très vite, on se rend compte que ce morceau de caillou est d’une importance capitale. Le même texte (un décret du pharaon Ptolémée V datant -196) est écrit en 3 langues différentes : en grec, en écriture démotique et en hiéroglyphes !

Il existait en effet 3 façons d’écrire dans l’Égypte antique. La première, la plus connue, est bien sûr les hiéroglyphes. Mais ceux-ci sont longs et compliqués à graver ou à écrire pour les scribes. Une écriture simplifiée est alors inventée : l’écriture hiératique, qui reprend le même concept que les hiéroglyphes avec des codes allégés. Pour simplifier encore plus le travail des scribes, l’écriture démotique apparaît sous la XXVIe dynastie (de -664 à -525). Ses caractères sont cette fois formés de ce qui se rapproche d’un alphabet, des lettres étant liées entre elles (écriture cursive). À l’époque de l’expédition de Napoléon, personne encore n’était capable de déchiffrer l’un de ces 3 alphabets !

Zoom sur la pierre de Rosette

En présentant un même texte écrit dans 2 alphabets égyptiens (inconnus) et en grec (connu), la pierre de Rosette est la clef pour enfin déchiffrer les textes de l’Égypte antique… C’est le Français Champollion, 20 ans plus tard (1822), qui percera les secrets du déchiffrement des hiéroglyphes.

Le projet Rosetta

Le projet Rosetta, c’est un peu la pierre de Rosette à l’envers. Cette fois, les linguistes du monde entier se sont alliés pour reproduire au sein d’un même document inaltérable le maximum de langues vivantes parlées à travers la planète !

La pierre de Rosette version XXIe siècle

Le principe est de traduire des textes identiques dans environ 1000 langues différentes. Une première version s’est achevée en 2002 : 14 mille textes ont été gravés sur un disque de nickel de 5 cm de diamètre, déchiffrables uniquement après un grossissement x1000 ! Ce disque est capable de supporter des températures avoisinant les 1500°C et devrait encore être lisible dans plus de 10 mille ans…

Une version plus petite, à porter en pendentif, a même été commercialisée en quantité limitée…

Direction… l’espace !

Cerise sur le gâteau, un exemplaire de ce disque a été fixé sur une sonde spatiale lancée en 2004 ! Cette sonde porte le nom de Rosetta (forcément !) et a été mise en orbite autour d’une comète de notre système solaire… Peut-être sera-t-elle un jour découverte par nos lointains descendants !

La pierre Rosetta dans le détail

À l’heure où nous écrivons ces lignes (avril 2019), 7111 langues sont recensées sur le site ethnologue.com (site de référence). Parmi elles, 3995 peuvent être écrites.

L’ensemble des textes gravés sur le disque Rosetta est consultable ici : archive.org/rosettaproject

Pour la plupart des langues, il s’agit d’une liste de mots de vocabulaire traduits en anglais.

Les langues plus répandues disposent quant à elles de textes plus étoffés. Le Français, par exemple, bénéficie de 19 textes, dont les 4 premières pages de la Genèse et la déclaration universelle des droits de l’Homme. On y trouve aussi le Breton (avec une traduction de la Genèse !), le Basque, le Catalan, l’Occitan,… et bien d’autres !

Pas de traces de Ch’ti, par contre… #Déception

Le mur des Je t’aime

Une autre démarche du même type, moins ambitieuse mais plus poétique, existe également à Paris. Il s’agit du “mur des je t’aime”, reproduisant “Je t’aime” en 250 langues différentes ! Une curiosité à découvrir place des Abbesses à Montmartre, dans le XVIIIe arrondissement de Paris.

Le mur des Je t'aime à Paris

Nos langues sont en danger !

Conserver et transmettre à la postérité la richesse des langues du monde avant qu’elles ne disparaissent, voilà l’essence-même du projet Rosetta ! Mais, avec ses 1000 langues, ce projet est encore insuffisant. Sur les 7000 langues existantes aujourd’hui à travers le globe, seules 141 sont reconnues officiellement par l’ONU… et plus de la moitié d’entre elles sont vouées à disparaître, faute d’êtres humains pour les parler.

____________________________________

Vous avez aimé cet article ? Alors j'ai besoin de vous ! Vous pouvez soutenir le blog sur Tipeee. Un beau geste, facile à faire, et qui permettra à EtaleTaCulture de garder son indépendance et d'assurer sa survie...

Objectif: 50 donateurs
Récompense: du contenu exclusif et/ou en avant-première

Je vous remercie pour tout le soutien que vous m'apportez depuis maintenant 5 ans, amis lecteurs!
Djinnzz

PS: ça marche aussi en cliquant sur l'image juste en dessous ↓↓↓↓

Djinnzz

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture

Vous aimerez aussi...

10 Réponses

  1. JJ dit :

    Une démarche passionnante qui mérite qu’on s’y attarde ! Merci pour la découverte

    • Patricia dit :

      Je suis bien d’accord avec vous, j’adore découvrir de nouveaux sujets sur ce site.
      C’est ma source d’info culturelles principales via mes flux rss, hors sites d’actualité bien sûr.

  2. Rosie dit :

    50 à 90 % des langues de la planète risquent de disparaître au cours du XXIe siècle, avec peu voire pas de documentation pour beaucoup d’entre elles.

    C’est un pan entier de notre civilisation qui risque de s’effondrer. Que font les organismes officiels (UNESCO) pour sauvegarder ce patrimoine immatériel ?

  3. Kaolin dit :

    Une pierre gravée façon micro-films des films de James Bond…
    Un envoi sur une sonde spatiale en espérant qu’elle soit captée par des extra-terrestres, ou par l’humanité elle-même dans quelques milliers d’années…

    Cela ne peut qu’aiguiller la curiosité !

  4. Monty dit :

    Il n’y a que moi que ça choque que ce soit un exemplaire de la Bible (la Genèse) qui soit utilisé comme document principal traduit dans différentes langues ? Pourquoi pas la Torah ou le Coran ? Pourquoi pas un texte non religieux, type Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ?

    Cela pose 2 soucis :
    – celui de l’équité de traitement des religions
    – celui de passer pour des idiots dans plusieurs millénaires, quand les intelligences (qu’elles soient humaine, extra-terrestre ou artificielle) vont trouver cette pierre et qu’ils vont la déchiffrer… Ils vont croire que es humains de l’époque étaient persuadés que la Terre s’est créée en 6 jours par un Dieu omniscient. Cette croyance n’étant pas représentative de la croyance des humains (même les Chrétiens ne croient plus en la réalité de ces textes qu’ils lisent plutôt comme des métaphores.

    –> Risque réél de fausser le travail des « archéologues et des historiens du futur » !

    • Kaolin dit :

      Ne peut-on simplement apprécier la démarche, sans pour autant chercher une énième polémique renvoyant dos à dos les religions ?

      Si des extraits de la Genèse ont été choisis, c’est juste parce que c’est un texte qui a déjà été traduit en de multiples langues et que ça a donc forcément facilité le travail des linguistes et passionnés qui se sont impliqués dans ce projet…

  5. Euskadi dit :

    Sur le même sujet, quoi qu’un peu différent, vous devriez vous intéresser à la langue basque (Euskara).

    Contrairement à TOUTES les autres langues d’Europe, il s’agit d’un « isolat », c’est-à-dire une langue dont on ne peut pas démontrer de filiation (ou « relation génétique ») avec d’autres langues vivantes. Toutes les autres langues parlées en France (Occitan, breton, corse,…) ont des bases communes. En les lisant, on reconnaît immédiatement la filiation avec le Français, même si cette filiation est parfois lointaine. Avec le Basque, pas du tout !

    Exemple : « Errepikatzen ahal duzu, otoi ? » veut dire : « Vous pouvez répéter, s’il vous plaît ? »

    AUCUNE affiliation ! ni dans les lettres employées, ni dans la prononciation, etc.

    A ce jour, cette langue est encre une énigme. Heureusement, la langue n’est pas en danger : environ 1 million de personnes la parlent ou la comprennent (en France et en Espagne). Parmi elles, 10 000 parlent UNIQUEMENT cette langue.

    J’espère avoir suffisamment titillé votre curiosité pour espérer voir un jour un article sur ce magnifique site !

    • Euskadi dit :

      Petit plus : les Basques comptent en base 20 (système vicésimal) et non en base 10…

      Par exemple, 57 se dit « berrogeita hamazazpi » soit : berrogei (« deux vingt »), eta (« et ») et hamazazpi (« dix-sept »)

    • Lollie dit :

      Alors là… J’ignorais totalement !!
      Encore heureux qu’ils aient le même alphabet !

      Comment s’explique-t-on cette « anomalie » linguistique ?

  6. Lilas dit :

    Magnifique projet ! Magnifique article !

    Je découvre ce site avec enchantement, bravo aux auteurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.