La deuxième Croisade – 2/9

On n'y va pas pour des prunes!

10
partages
Arts
10
partages
Arts
, le 6/08/2012

On l’a vu dans la première partie de ce dossier, le Comté d’Edesse est repris par les Musulmans en 1144: le coup d’envoi pour la deuxième Croisade est donné!

Dans le même temps, le roi de France Louis VII est en conflit avec le pape Innocent II. Il veut s’imposer en nommant ses propres candidats aux évêchés du Royaume. Ni une, ni deux, le pape l’excommunie!

– Et c’est grave, ça?

– Extrêmement, Kevin! Le roi de France est censé tirer sa légitimité du Saint-Siège. Être excommunié, pour un roi, c’est tout simplement perdre ses droits divins: inacceptable !

Louis VII lève alors une armée contre le comte de Champagne, proche du pouvoir papal: à la suite d’un conflit sanglant, un compromis est trouvé entre Louis VII et Innocent II.

– Mais… Quel rapport avec la deuxième Croisade ?

– Lors de ce conflit armé, Louis VII commet une abomination: il incendie l’église de Vitry-en-Perthois, en janvier 1143, dans laquelle plus de 1.000 personnes avaient trouvé refuge.

– Et ils meurent tous cramés? C’est horrible!

– Oui, Kevin, c’est horrible. Louis VII, pour se laver de cet horrible pêché et pour renouer des liens avec Rome, accepte de prendre part à la deuxième Croisade.

En 1146, soit peu de temps après la chute d’Edesse, le pape Innocent II dépêche Bernard de Clairvaux pour prêcher la Croisade. Louis VII lui-même et sa femme Aliénor d’Aquitaine se prosternent à ses pieds! Les préparatifs du voyage peuvent démarrer…

L’armée de Louis VII rejoint celle des Allemands de l’empereur germanique Conrad III. Les deux armées réunies forment un immense corps de plus de 150.000 soldats. Avec une telle armée, les Infidèles n’ont qu’à bien se tenir… Mais l’entente ne règne pas entre les deux clans: les Français méprisent les Allemands et se moquent de leur armure pesante et de la lenteur de leurs mouvements.

Bientôt, l’armée croisée ressemble à un gigantesque foutoir, où les soldats, français comme allemands, volent et pillent les habitants et les monastères.

Louis VII a bien du mal à faire régner l’ordre, lui qui a perdu sa crédibilité en amenant sa femme Aliénor d’Aquitaine avec lui!

Face à ces difficultés de cohabitation, l’empereur Conrad III décide de faire bande à part: les deux armées se séparent et fondent sur la Terre Sainte chacune de leur côté, sans aucune coordination (voir la carte).

Ce qui devait arriver arriva… en octobre 1147, à Dorylée, dans la Turquie actuelle, les Allemands se font encercler par les Infidèles, les Turcs Seldjoukides. Une vraie boucherie s’ensuit… Conrad III parvient à s’enfuire, mais son armée est réduite à moins de 2.000 hommes…

De son côté, l’armée de Louis VII n’est pas mieux lotie… Le roi de France a l’intelligence de choisir un itinéraire plus long que celui de Conrad III, ce qui lui évite de traverser le désert d’Anatolie. Néanmoins, en 1148, son armée se fait exterminer dans les défilés de Cadmos, où des milliers de soldats sont acculés et tombent dans de profonds précipices.

Louis VII parvient à s’en sortir vivant avec quelques-uns de ses hommes. Il rejoint Conrad III et, ensemble, ils se rendent à Antioche par la mer où ils sont accueillis par Raymond de Poitiers, l’oncle d’Aliénor d’Aquitaine.

A ces cuisantes défaites militaires s’ajoute le déshonneur pour Louis VII! Aliénor d’Aquitaine est accusée de liaisons incestueuses avec son oncle. La rupture entre Louis VII et son épouse est consommée: il répudiera Aliénor quelques années plus tard.

– Ah, oui ! Et après, elle va épouser le roi d’Angleterre, c’est ça ?

– Parfaitement, Kevin ! Ce mariage est même à l’origine de la guerre de Cent ans!

Mais, pour le moment, Louis VII ne s’avoue pas encore vaincu. Les troupes européennes reprennent leurs forces et se rejoignent toutes à Jérusalem. Un concile à Acre se réunit le 24 juin 1148 pour décider des cibles militaires prioritaires. La ville de Damas (en Syrie actuelle) est choisie…. Et c’est donc parti pour Damas! Une armée d’environ 50.000 soldats assiège la ville.

C’est un échec total! Au bout de quelques jours, les Croisés, épuisés et assoiffés, lèvent le camp. Conrad III et Louis VII rentrent en Occident, humiliés, sans aucune victoire militaire à leur actif…

La deuxième Croisade est donc un échec retentissant! Il faudra attendre 40 ans pour que Philippe Auguste, Frédéric Barberousse et Richard Cœur de Lion organisent la revanche des Croisés, en 1189!

Parviendront-ils à délivrer la Terre Sainte et à laver leur honneur ? La suite au prochain numéro !

L’Info du Jour qui te permet de briller en société

Connaissez-vous l’origine de l’expression « pour des prunes », synonyme de « pour rien »?

On l’a vu, les Croisés ayant pris part à cette deuxième Croisade sont revenus défaits en Occident. Avec eux, ils en ont profité pour ramener quelques variétés de pruniers. Il n’en faut pas plus pour faire rentrer cette expression dans le langage courant!

Pour approfondir…

Catégories : Histoire
Tags:

Un article signé

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture
http://www.etaletaculture.fr

Vos commentaires:

Laissez un commentaire: