[Critique Livre] La Vie en gris et rose, de Takeshi Kitano

Vous avez aimé cet article ? N'oubliez pas de soutenir le blog sur Tipeee! Un beau geste, facile à faire, et qui permettra à EtaleTaCulture de garder son indépendance et d'assurer sa survie...

(Et en plus, ça donne accès à du contenu exclusif et/ou en avant-première !)

Fatma Alilate

Me suivre sur Twitter: @FatmaAlilate

Vous aimerez aussi...

8 Réponses

  1. Gentil dit :

    Djinnzz, je veux bien comprendre que vous ayez passé beaucoup de temps à travailler sur la mise en page, mais il va falloir recommencer à nous écrire des articles par vous-même!!!!

  2. Gamerz dit :

    Pour moi, Takeshi Kitano c’est avant l’enf*** qui a pondu le jeu vidéo Takeshi no Chōsenjō en 1986 (sur la Famicon)!

    C’est diabolique, il faut haïr l’humanité entière pour sortir un jeu pareil! Le principe est d’accomplir des missions répétitives, inutiles et presque impossibles tel que chanter pendant une heure sans s’arrêter (avec le micro de la Famicon, appuyer pendant 4 heures sur la touche « select », ou frapper le boss final 20 000 fois.
    Sur l’écran titre, on pouvait lire « ce jeu a été réalisé par quelqu’un qui déteste les jeux vidéo »

    • Garmin dit :

      Oui, j’ai découvert ce jeu de malade mental avec le Joueur du Grenier, une vidéo bien délire!

  3. Julien dit :

    @Gamerz: pour moi, Kitano c’est avant tout le réalisateur génial et visionnaire de Zatoichi, Aniki mon frère, Viloent Cop ou de Sonatine…
    Chacun ses références!

    • Gamerz dit :

      Oui, c’est ce qui fait de Kitano un personnage si difficile à cerner, capable du meilleur… comme du pire (et quand je dis pire, c’est vraiment la raclure des bas-fonds du pire: l’émission Takeshi’s Castle, par exemple)

      Je lirai son bouquin sur son enfance un de ces quatre, j’imagine que ça doit expliquer bien des choses!

  4. Fatma dit :

    L’enfance explique souvent beaucoup de choses 😉

  5. KArine dit :

    « Quand j’écris un script, j’ai tout le film dans ma tête, alors quand nous commençons à tourner, je me contente de filmer. Je suis plus intéressé par le processus du montage, alors j’ai tendance à filmer à la hâte. Peut-être que de la sorte vous n’obtenez pas toujours assez de rush, mais la façon dont vous jouez avec eux, c’est ce qui est intéressant.» – Takeshi Kitano

    • KArine dit :

      Takeshi Kitano utilise avec aisance les plans longs et fixes et créé volontiers dans ses œuvres un écrin de beauté d’où surgit la violence, chez lui en aucun cas gratuite ou plastique.
      Son style ne laisse jamais indifférent! Il doté d’un univers artistique propre d’une grande richesse, assurément à découvrir, ou à redécouvrir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *