La lutte à mort entre Frédégonde et Brunehaut

L’époque mérovingienne est une période complexe est encore incomplètement connue par les historiens.

Personnellement, ce n’est pas la période qui me passionne le plus, mais des épisodes sortent du lot! C’est le cas de la lutte à mort entre Frédégonde et Brunehaut, respectivement épouse de Chilpéric Ier et de Sigebert Ier.

Jouteuse N°1 : Frédégonde

A l’origine, c’est une simple servante au service de la reine de Neustrie, la femme de Chilpéric. Pétrie d’ambition, elle séduit Chilpéric et le pousse à répudier sa femme pour elle. C’est ce qu’il fait, mais il prend pour épouse une autre femme! Frédégonde n’hésitera pas une seconde à assassiner cette effrontée et parviendra enfin à son but: épouser le roi.

La voilà enfin reine… Pour asseoir son autorité, elle fait assassiner l’ex-femme de Chilpéric et les enfants qu’il a eu avec elle. Et puis, comme on n’est plus à un meurtre prêt, elle assassine Chilpéric lui-même… Elle devient ainsi la régente du royaume, son fils étant alors trop jeune pour régner.

– Au fait, sais-tu comment s’appelle son petit-fils, Kevin?

– Ben non, pourquoi je saurais ça?

– Moi je sais, M’sieur! C’est Dagobert! Tout le monde sait ça!

– Ah bon? Dagobert, celui qui mettait sa culotte à l’envers?

– Kevin, arrête de dire des âneries! Bravo, Charles-Henri! Enfin, je ne suis pas tout à fait sûr que tout le monde sache ça comme tu le prétends!

Jouteuse N°2 : Brunehaut

Elle n’est autre que la soeur de la première femme de Chilpéric que Frédégonde a sauvagement assassiné! Elle est également la femme du Roi d’Austrasie, Sigebert Ier. Les deux femmes se vouent une haine terrible!

De cette situation naît une longue période de guerre (43 ans!) entre les différents rois francs. Finalement, Brunehaut sera la grande perdante… Au terme de ce conflit, elle est accusée de plusieurs meurtres par Clotaire II et son châtiment est tout simplement horrible: trois jours durant, elle se fait violer par l’armée royale. Pour l’achever, elle est attachée par les pieds à la queue d’un cheval sauvage.

Bon, par contre, toute cette histoire est à prendre avec des pincettes (tout comme toute la période mérovingienne d’ailleurs…) En effet, les rares textes que l’on a retrouvé de cette période ont été écrits par les vainqueurs et la différence entre Histoire et propagande est parfois ténue!

Pour approfondir…

____________________________________

Vous avez aimé cet article ? Alors j'ai besoin de vous ! Vous pouvez soutenir le blog sur Tipeee. Un beau geste, facile à faire, et qui permettra à EtaleTaCulture de garder son indépendance et d'assurer sa survie...

Objectif: 50 donateurs
Récompense: du contenu exclusif et/ou en avant-première

Je vous remercie pour tout le soutien que vous m'apportez depuis maintenant 5 ans, amis lecteurs!
Djinnzz

PS: ça marche aussi en cliquant sur l'image juste en dessous ↓↓↓↓

Djinnzz

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture

Vous aimerez aussi...

3 Réponses

  1. Hincmar de Reims dit :

    Salut, est-ce que quelqu’un ici sait de quoi est morte Frédégonde? J’ai pas trouvé d’infos à ce sujet chez Grégoire de Tours: sachant que certains de ces enfants ont été emportés par les épidémies de l’époque et qu’on est dans un contexte de faide, ce serait étonnant qu’elle soit morte de vieillesse (à moins de 50 ans, d’ailleurs). P.S.: les sources ne disent pas que Brunehaut ait été violée par l’armée. Elle avait quand même 66 ans à l’époque…

  2. quelqu'un dit :

    Complément d’article : la première femme de Chilpéric s’appelait Audovère et la seconde Galswinthe (ou quelque chose du genre).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.