Le Laocoon, ou l’histoire d’un prêtre tué par son Dieu

Djinnzz

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture

Vous aimerez aussi...

7 Réponses

  1. dedale dit :

    vous oubliez de dire que le cheval était censé etre consacré à Athéna (d’où le Palladi votum inscrit sur le cheval)

  2. Djinnzz dit :

    Bonjour dédale (quel bon choix de pseudo ;-))

    Oui, vous faites bien de le rappeler. Rappelons également qu’Athéna, tout comme Poséidon, avait pris le parti des Grecs durant le conflit. Le rôle des Dieux dans la guerre de Troie est d’ailleurs très important et on le détaille dans le dossier consacré à la guerre de Troie (http://www.etaletaculture.fr/mythologie/la-guerre-de-troie-partie-1-prelude-d-un-massacre/)

    Paladi votum = offrance à Pallas, Pallas étant l’épiclèse d’Athéna dont on a déjà eu l’occasion d’ici: http://www.etaletaculture.fr/culture-generale/qui-se-cachent-derriere-les-figures-dun-jeu-de-cartes/

    Par contre, on peut noter que l’inscription sur le flanc du cheval que l’on voit sur la toile du XVIIIe siècle (figure 1 du présent article) n’est pas vraiment très crédible – les Grecs auraient plutôt inscrit cette phrase… en grec (logique :lol:)

  3. HérodoteB dit :

    Un magnifique et très grand émail représente ce trio, au musée des Beaux-arts de Limoges. Par Courteys, vers 1559.

  4. latin dit :

    c une belle histoire bien racontée avec des (blagues pas très drôles )Mais c très bien fait 😉

  5. askar dit :

    dite ou il est née 👿

  6. Ullise dit :

    j’ai pas tres bien compris le mythe du laocoon pourquoi poseidon le tue

  7. Thaë Seewald dit :

    L’histoire est très bien formulée. Vous avez juste oublié de préciser que les serpents sont envoyés par Poseidon pour tuer Laocoon et ses fils parce qu’il s’était marié contre sa promesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.