[Spleen] Pourquoi les poètes du XIXe étaient-ils si tristes ?

Vous avez aimé cet article ? N'oubliez pas de soutenir le blog sur Tipeee! Un beau geste, facile à faire, et qui permettra à EtaleTaCulture de garder son indépendance et d'assurer sa survie...

(Et en plus, ça donne accès à du contenu exclusif et/ou en avant-première !)

Vous aimerez aussi...

6 Réponses

  1. Vee dit :

    « Bien souvent, ce sont finalement le sens de la vie et les valeurs anciennes qui se perdent. »

    Un peu comme maintenant, non ?

  2. Boum dit :

    « Pourquoi les poètes du XIXe étaient-ils si tristes ? »

    Mais elle complètement con ta question. La réponse est tellement évidente :

    – Parce que ça donne un genre… Le genre « poète maudit » – Fuck la société – tu peux pas comprendre c’que j’dis, j’suis trop profond pour toi
    (aujourd’hui, ces gens-là se recouvrent la gueule de fond de teint, portent des jeans troués et écoutent du Marilyn Manson à longueur de journée)
    (juge pas, tu peux pas comprendre)

    – Parce que la gaieté ça va bien 5 minutes, mais c’est très vite chiant à force. Comme une chanson de Grégoire.
    (Toi, plus moi, plus lui, plus elle, plus tous ceux qui sont seuls… ♪♫)
    (c’est juste pas possible)

    – Parce qu’être triste, ça donne une bonne raison de se bourrer la gueule
    (et de fumer de la drogue)

    – Parce que la peur et la tristesse, c’est plus vendeur que la joie et les youpi-tralala
    (y’a qu’à écouter les hommes politiques parler – pas un ne parlent un peu de positif)
    (CQFD)

    Bon ben voilà, je vous ai déjà donné 4 putains de bonne raison. Me remerciez pas, putain.
    (et la chanson de Grégoire que je vous ai mis dans la tête, c’est cadeau)

    • Balthazar Faust dit :

      Je prie pour que ce soit une plaisanterie.

  3. Eole dit :

    Il n’y a qu’à voir leur photo tout en haut de la page… Pas un ne sourit, tous font la gueule. C’est frappant.

    • Sylvie dit :

      Lamartine esquisse un semblant de sourire… Mais vraiment très léger !
      La tristesse, ça donne de la profondeur aux gens.

  4. poaime dit :

    ppda (il ne sourit pas beaucoup non plus) décrit si bien la poésie dans son l’introduction de son livre « et puis voici des fleurs »
    « il faut lire la poésie, c’est un acte de salubrité personnelle que la sécurité sociale devrait pouvoir rembourser. Il faut aussi continuer à en écrire, car c’est ainsi qu’on évacue les trop-pleins d’émotions qui parfois nous submergent… »
    ces quelques lignes résument toute la poésie.
    Parfois quelques mots suffisent
    pour rendre les minutes exquises…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *