La « nouvelle » réforme de l’orthographe décortiquée…

Djinnzz

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture

Vous aimerez aussi...

20 Réponses

  1. Chloé dit :

    Ne devrait-on pas lire dans vos dernières lignes « trois-cents ans » au lieu de « trois-cent ans » ?
    Bel article en tout cas, merci !

    • Djinnzz dit :

      Oui, bien sûr ! Merci de m’avoir alerté sur le sujet !

    • Ethaniel dit :

      Autre typo : « des abats-jours » -> « des abat-jours » (si on voulait pluraliser le verbe, ça donnerait « des abattent-jours » :Þ !)

  2. branko dit :

    Salut a toi

    toujours aussi intéressant tes articles.

    Cela dit je ne suis pas d’accord avec ton raisonnement. En fait, qu’une langue évolue, je veux bien, mais, généralement, une évolution ce fait en fonction de l’utilisation de la langue et au compte goutte.

    J’explique : c’est parce que les gents ne disaient plus « montaigne » mais montagne que ce mot à changer et pas pour des règles grammaticales pour aider les jeunes qui n’arrivaient pas à comprendre parce que trop occupé à « textoter » (et je ne dit pas que tous les jeunes sont comme ça, mais malheureusement de plus en plus). De plus, cela c’est fait sur le temps et n’as pas était imposé en masse (même si on ne nous oblige pas à modifier notre orthographe immédiatement, c’est en autorisant ce genre de modification que la langue changera au bout du compte, dans le prochain correcteur automatique par exemple).
    Ici nous avons un gouvernement qui impose des modifications multiples pour faciliter la vie des « étudiants ».

    Y a il eu un referendum ?
    On ils demandez ce que les gents qui utilisent cette langue en pense ?

    Moi je n’en est pas entendu parler ni en 1990 (oui je suis vieux), ni de nos jours.
    Je ne suis pas chauvin (n’étant pas d’origine française) et j’ai eu et est encore beaucoup de mal avec l’orthographe et surtout la conjugaison, mais je trouve que le minimum eu était qu’on nous demande notre avis et pas, comme d’habitude qu’on nous impose leur avis.

    En plus la plupart des modifications m’arrache les yeux (heu les ieus ce serait plus simple, ils n’y ont pas pensés)

    Bref je n’aime pas et n’aimerais probablement jamais leurs modification.

    • Djinnzz dit :

      Un référendum pour modifier quelques points d’orthographe, je trouve ça un peu démesuré 🙂

      Je suis un peu comme vous, je n’apprécie guère certains changements, comme le « i » de l’oignon auquel, semble-t-il, les Français sont très attachés… Néanmoins, je trouve la réaction médiatique à ce propos largement imprécise et de fausses informations circulent à son sujet.
      Et puis, ma foi, ce sont les usages d’une langue qui la façonnent. Si tout le monde continue à écrire « oignon », c’est bien cette graphie-là qui survivra… n’en déplaise à certains membres de l’Académie !

      • Galehaut dit :

        Chers Branko et Djinnz,
        J’indique une erreur dans vos propos. « Montaigne » n’est pas devenu « montagne » par l’usage, la prononciation a toujours été la même. Seulement, l’ancien français étant une langue nouvelle pour l’écrit, différentes stratégies d’écritures se sont développées pour les mêmes sons (d’où les orthographes variables en ancien et moyen français). Pour le son que l’on note aujourd’hui « gn », l’ancien français notait soit « gn », soit « ign ».
        Quelques mots ont conservé cette graphie jusqu’ici, comme « oignon » mais aussi l’auteur, « Montaigne », qui n’était autre que Monsieur de Montagne, si une prononciation hypercorrectrice n’était pas passée par là.
        Au XVIIIe siècle, certaines réformes ont été menées pour harmoniser ces orthographes, réformes qui n’ont pas été exhaustives …
        Tout cela pour dire que, non, personne n’a jamais dit « montaigne » pour « montagne » ; on lisait le trigramme « ign » comme on lit le digramme « gn » aujourd’hui, tout simplement.
        Quant à la question de l’usage contre les réformes, pour avoir bien étudié la question, il me semble que c’est une des premières révisions (car le terme « réforme » n’est pas de mise) de l’orthographe qui tient compte de l’usage, contrairement à ce que vous pensez (regardez la plupart des grandes réformes, du XVIe au XXe siècle, ce sont des règles qui s’imposent par le haut et ne s’occupent pas des usages, pour la bonne raison qu’il n’y a aucun usage oral unifié jusqu’au début du XXe siècle), et c’est un geste qui politiquement est important : la maîtrise de l’orthographe, apanage symbolique des intellectuels et des académiciens, rejoint les pratiques les plus répandues, ce qui n’a rien à voir avec une simplification. Il y a la la prise en compte de quelque chose de plus crucial : les enjeux sociaux de la maîtrise de cette orthographe illogique.
        Une dernière remarque : allez donc voir des textes fondateurs de la langue française dans leur orthographe originale, du XIIe au XVIIIe siècle, et vous verrez que l’idée de « beauté » d’un mot est une idée construite, qui a beaucoup évolué.
        En complément à cet article qui remet déjà beaucoup de choses à leur place – merci ETC – je vous conseille cette vidéo de quelqu’un qui, linguiste et spécialiste de la langue française comme moi, décortique la révision orthographique …
        https://www.youtube.com/watch?v=nJ-3WWqm9V8

  3. Eurosix dit :

    Bon article Djinnzz, bien que je ne réssisse pas à  »l’avaler » d’un coup ! Il me faudra dutemps mais en  »orè-je » ? Par contre je crois que  »branko » a fait beaucoup de fautes de verbes volontairement (?) ! Bravo à lui, il m’a obligé à réfléchir pour  »démélé le vré du fo » !!

  4. Eurosix dit :

    Bon article Djinnzz, bien que je ne réussisse pas à  »l’avaler » d’un coup ! Il me faudra dutemps mais en  »orè-je » ? Par contre je crois que  »branko » a fait beaucoup de fautes de verbes volontairement (?) ! Bravo à lui, il m’a obligé à réfléchir pour  »démélé le vré du fo » !!

    • Djinnzz dit :

      Merci Eurosix, c’est vraiment un plaisir d’être lu par vous !

    • branko dit :

      Je suis désoler de vous décevoir Eurosix, mais, comme je le dit plus haut, je suis vraiment nul en grammaire comme en orthographe (ce qui est, je doit l’avoué, le comble pour quelqu’un qui n’aime pas cette réforme) donc mes erreurs sont bien involontaires 🙁

      Pour le reste je maintient mon avis, même si je comprend le point de vue des « pour ». Moi je ne peut tous simplement pas admettre que dans une démocratie (à d’autres époques je ne dit pas on n’avez aucuns droits) on nous impose le point de vue de trois bigleux et deux tondus de l’académie, sans se demander si nous sommes d’accord.
      Quand au référendum, pourquoi pas ? avec les moyens de communication moderne ? Au pire, ils n’avaient qu’à ouvrir un site « pour ou contre les modifications suivantes ».

    • Ellie dit :

      Mighty useful. Make no mistake, I apcatpiree it.

  5. Jonathan dit :

    Deux remarques :
    1) Les médias se sont réveillés récemment parce qu’il a été décidé que les manuels scolaires de la prochaine rentrée devraient dorénavant appliquer cette réforme qui dormait depuis 26 ans.
    2) On écrit ambiguïté et non ambigüité (en tout cas, avant l’application de la réforme). 😉

    • Djinnzz dit :

      Pour le 1/, c’est en effet ce que je dis au début de l’article. Néanmoins, la réforme, elle, était belle et bien là depuis de nombreuses années sans que personne ne s’en offusque. Respecter un texte du Jo, c’est somme toute assez logique pour l’Education Nationale…
      pour le 2/ les deux orthographes existent désormais, si j’ai bien tout saisi 🙂

      C’est toute la difficulté aussi de ce genre de réformes: forcément, plusieurs graphies vont cohabiter pendant encore de longues années avant que l’une des deux ne l’emporte sur l’autre !

      • Ethaniel dit :

        Pour le 2/, je pense que Jonathan fait référence à « Jusqu’à présent, on écrivait […] ambigüité. », l’orthographe traditionnelle étant en fait « ambiguïté ».

  6. Rose dit :

    Amusant de noter que Maurice Druon conclut son rapport par :
    « Après quoi, Monsieur le Premier ministre, la langue étant chose vivante, il faudra recommencer le travail, dans trente ans, sinon même avant. »
    Sachant qu’il aura attendu 26 ans pour être appliqué, il a un peu sous-estimé les délais de latence…

    xD

  7. Clio dit :

    Merci pour ce bilan fort instructif et pas du tout barbant (un exploit !)
    J’aurais des arguments quand des collègues m’en parleront…

    @++ maître Djinnzz

  8. Patrick dit :

    Bonjour,

    Bel article, comme toujours. Merci.

    Voici donc quelques remarques pour alimenter ou compléter le débat.

    Tout d’abord je suis d’accord qu’à laisser les traits d’union entre chaque chiffre qui compose les nombres, ça fait lourd. Une suppression aurait été plus élégante.
    Ensuite, à vouloir conserver des particularités linguistiques comme les accents, on en arrive à multiplier les claviers d’ordinateur et leurs incompatibilités respectives. Et même pour la langue française on nous en propose souvent de multiples combinaisons.
    Après, comme le dit Eurosix, je suspecte effectivement branko d’accentuer le trait en multipliant et inversant les formes de conjugaison. Peut-être est-ce à dessein pour montrer les incohérences de nos règles grammaticales et orthographiques… C’est bon enfant.

    Et enfin, une question: savez-vous si cette réforme va être portée sur les correcteurs orthographiques de nos traitements de texte et aides à la saisie? Le mien me propose toujours l’ancienne forme et m’enlève des points à chaque fois que j’utilise la nouvelle.

    Comme je le disais encore récemment à une très bonne connaissance, ayant appris l’espagnol sur le tard, j’envie leur orthographe simplifiée où on peut [presque] écrire en phonétique, hormis pour les accents toniques … qui normalement s’entendent à l’oral. Et la langue espagnole comportant deux lettres supplémentaires (le « ll » et le « ñ »), ils ne sont pas allés jusqu’à les reproduire sur leur clavier, eux, alors que je ne sais pas si d’autres langues utilisent notre cédille (« ç »).

    Voilà; continuez, tous.

  9. Jeffrey George dit :

    Moi, j’aimerais voir la francisation des emprunts. Ex. «Foutebol» pour «football», «spaguetti» pour «spaghetti»… Pourquoi pas «ouiquènede» et »vagon»! Cela serait une bonne chose de supprimer le e inutile. Pourquoi »incendiE», c’est un mot masculin! idem pour «muséE», «trophéE» Par contre, «cléE», oui!

  10. philipine. Lycée dit :

    très bel article.

  11. Isabelle Cusimano dit :

    Bonjour qu’il s’écrive ruissellement ou ruissèlement, à partir du moment où il y a un déterminant devant c’est un nom … et non un adverbe … la terminaison en « – ment » n’en fait pas un adverbe. Voir aussi : un règlement, un élément, etc.
    Ceci dit merci pour cet article qui pose bien les choses. Très instructif ! Félicitations !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *