Petite histoire des bouquinistes…

Vous avez aimé cet article ? N'oubliez pas de soutenir le blog sur Tipeee! Un beau geste, facile à faire, et qui permettra à EtaleTaCulture de garder son indépendance et d'assurer sa survie...

(Et en plus, ça donne accès à du contenu exclusif et/ou en avant-première !)

Spritz92

Amateur d'Histoire et de Paris

Vous aimerez aussi...

6 Réponses

  1. Marie dit :

    Cette petite balade le long de la Seine était bien agréable… merci ! 🙂

  2. Shinji dit :

    Je ne passerai plus devant eux de la même façon ! :p

  3. feuvrier dit :

    Un bel instant historique sur cette profession qui mérite notre soutien.
    …et une promenade le long des quais de bon matin (article lu ce dimanche à 7h. ). Merci

  4. Jo dit :

    « – Une évolution de la clientèle qui est maintenant à 80% étrangère et n’est guère concernée par les livres anciens.
    – La désaffection des jeunes qui ne sont plus guère intéressés (des exceptions existent, heureusement!) et le vieillissement de la clientèle traditionnelle.
    – L’arrivée de très nombreux documents tirés en milliers d’exemplaires venant souvent de Chine.
    – La multiplication des « ouvre-boîtes » qui se contentent de vendre des souvenirs de pacotille à quelques euros… »

    C’est fou comme nos traditions, même les plus simples, sont perverties. La société change, c’est certain, mais certainement pas en mieux.

    Personnellement, quand je visite un pays, je fais toujours un crochet par une librairie, et si possible un bouquiniste ou un disquaire. C’est une façon de saisir l’âme du pays, d’en connaître une autre facette. Mais le tourisme « de masse » ne permet plus de prendre son temps pour découvrir ainsi un pays…

    Bon, les libraires traditionnels sont en grosse difficulté… ce n’est pas étonnant que les bouquinistes suivent le même chemin. Hélas…

  5. Ethaniel dit :

    > Peut-on imaginer un lien avec le mot anglais « book », lui-même proche de l’allemand « Buch »? Cela ne semble pas le cas.
    Si si, il y a un lien ;).
    Mais en passant en fait par le néerlandais, dont l’anglais et l’allemand sont de toute façon proches :
    • http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/bouquin/10595 : moyen néerlandais *boeckijn, diminutif de boec, livre ;
    • http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/visusel.exe?s=250696620;r=1;sol=0; : Empr. à un dimin. du m. néerl. boec « livre » […], il est indiqué de supposer un dér. *boeckijn

  6. Spritz92 dit :

    Merci de cette précision concernant l’origine du mot « bouquin ». C’est l’intérêt de l’échange !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *