Le panoptique de Bentham

Vous avez aimé cet article ? N'oubliez pas de soutenir le blog sur Tipeee! Un beau geste, facile à faire, et qui permettra à EtaleTaCulture de garder son indépendance et d'assurer sa survie...

(Et en plus, ça donne accès à du contenu exclusif et/ou en avant-première !)

Djinnzz

Créateur et rédacteur d' EtaleTaCulture

Vous aimerez aussi...

21 Réponses

  1. Mouna dit :

    « C’étaient les locaux des quatre ministères entre lesquels se partageait la totalité de l’appareil gouvrnemental. Le ministère de la Vérité, qui s’occupait des divertissements, de l’information, de l’éducation et des beaux-arts. Le ministère de la Paix, qui s’occupait de la guerre. Le ministère de l’Amour qui veillait au respect de la loi et de l’ordre. Le ministère de l’Abondance, qui était responsable des affaires économiques. Leurs noms, en novlangue, étaient: Miniver, Minipax, Miniamour, Miniplein. »

    « Ne voyez-vous pas que le véritable but du novlangue est de restreindre les limites de la pensée? A la fin, nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée car il n’y aura plus de mots pour l’exprimer. Tous les concepts nécessaires seront exprimés chacun exactement par un seul mot dont le sens sera rigoureusement délimité. Toutes les significations subsidiaires seront supprimées et oubliées »
    1984; George Orwell-1950-

    • Bloux dit :

      Quelle pouissance, ce bouquin! L’extrait que vous mettez parle encore d’un autre problème que celui de l’article: l’éradication de toute rébellion par l’appauvrissement de la langue.

      ti1, sa me rapel kekchose lol

  2. fabrice dit :

    aujourd’hui, tout est clair. l’Occident est le géolier et l’Afrique le prisonnier. elle est surveillée de près et ne peut rien oser inventer pour sortir des mains du maître.
    qu’est-ce que c’est triste!

    • Bloux dit :

      Oui, et le réchauffement climatique, c’est pas bien.
      (moi aussi, je sais faire des hors-sujets! 😛 )

      • jacque-spet dit :

        Sauf que Fabrice n’est pas tant hors sujet… il fait référence selon moi au FMI et à la banque mondiale, qui sont tous deux des organisations contrôlées par l’occident et que l’on peut, en effet, comparer aux geôliers des pays non développés.
        Salutation

  3. Pioupiou dit :

    C’est triste tout ça…
    C’est un peu comme pour l’usage que l’on fait d’internet: les autorités ont convaincu le monde entier qu’elles disposent d’un vaste réseau de surveillance… bilan: la population se restreint elle-même (« s’auto-régule » comme vous dites)
    Et si le scandale du PRISM n’était qu’un leurre pour faire croire à la planète entière qu’elle est sous surveillance et qu’elle adapte ainsi son comportement? Ce serait un vrai coup de génie…

  4. Maurice dit :

    Excellent article, qui pose un réel problème de fond et une approche différente des systèmes sécuritaires. Difficile d’en tirer une conclusion néanmoins, mais je n’avais jamais pensé à voir les choses sous cet angle.

  5. Lebara dit :

    Je ne connaissais pas Bentham, la théorie est intéressante. Mais j’ai quand même des doutes… On ne peut faire croire aux gens qu’ils sont surveillés qu’en leur donnant des preuves de cette surveillance. Pour re prendre l’exemple du supermarché, si jamais personne ne se fait attraper par les vigiles, les clients finiront bien par comprendre et l’impact des caméras diminuera.
    Tout comme pour les prisonniers: au bout de quelques jours, ils testeront le système en faisant de petits écarts de conduite pour tester la fiabilité du système. il ne faudra pas beaucoup de temps pour que l’ensemble de la prison se rende compte de la supercherie!
    On touche ici amha l’écart entre la théorie et la pratique.

    • saracomptenimportequoi dit :

      oui encore faut il être au courant de cette théorie! la plus part des gens ne se posent pas du tout la question et tombe dans le « piège »!
      j’en faisais partis y a 5min…

      • Histomanie dit :

        Exactement. C’est la force de nos sociétés modernes de faire croire en leur toute puissance. Pourtant, si on réfléchit bien, jamais un pouvoir étatique n’a été aussi faible qu’aujourd’hui, et ce pour plusieurs raisons:
        – une population beaucoup plus nombreuse (et un ratio forces de l’ordre/peuple qui n’a jamais été aussi bas dans toute l’histoire de l’humanité). En 1789, il y avait seulement 26 millions d’habitants et bien plus de policiers ou militaires qu’aujourd’hui…
        – une population qui peut s’organiser en quelques minutes: réseaux sociaux, effet viral des publications,… On a qu’à voir l’impact des simples « apéros » organisés sur Facebook qui réunissaient parfois de manière spontanée des milliers de personnes. Un outil pareil mis entre des mains révolutionnaires, quelle puissance!
        – un Etat « démocratique » qui hésitera à deux fois avant de tirer dans fla foule (ce que Napoléon n’a pas hésité quant à lui alors qu’il n’était pas encore rentré dans l’Histoire pour mater la révolte aux Tuileries)

        Bref, la population est paradoxalement plus forte que jamais dans l’Histoire de l’Humanité mais n’a pourtant jamais été aussi soumise.
        La raison peut être trouvée entre autre dans la théorie de Bentham, c’est vrai. Car le peuple n’a pas conscience de son pouvoir et reste persuadé de la toute-puissance étatique. Au grand bénéfice de tous, d’ailleurs, car les nations tomberaient vite dans le chaos dans le cas inverse.

        Tout ces rapports de force sont très complexes, mais c’est un sujet ô combien passionnant…

  6. Bizbiz dit :

    La peur du gendarme, qui est le ciment le plus fort de toute société, est donc une peur irrationnelle…
    On n’en est plus à un paradoxe près, me direz-vous!
    Avec ce raisonnement, si le peuple devenait rationnel, se serait la fin de toute démocratie. Donc laissons le peuple dans l’ignorance…

    Merci, ce court article m’a ouvert les yeux sur pas mal de choses, il faut maintenant que ça mûrisse dans mon esprit!

  7. Bop dit :

    Super article !

    Pour reprendre l’exemple du supermarché et pour élargir un peu, le fait de voler ou non ne peut à mon avis se réduire à la simple présence ou non de caméras ou de dispositifs de surveillance. Il y a débattre sur les motivations de la moralité de chacun.

    Est elle une convention sociale soumise aux regards/jugements (« le risque de l’humiliation ») des autres ou bien une pure idée morale ? Autrement dit, si j’étais invisible dans ce supermarché, détaché de toute cette surveillance sociale et électronique, volerai je forcement ce pot de foie gras ? L’épisode de l’Anneau de Gygès raconté par Platon, nous permet d’y réfléchir.

    • l'ecureuil fou dit :

      je ne pense pas qu’il y avait plus de vole avant les caméras de surveillance… mais avant les supermarchés faisaient confiance à la bonne conduite naturel des gens, maintenant il leur fond peur pour a peu près le même résultat je pense.
      (mon avis est peu être complètement faux!)

      après il faut dire qu’avec la télé la bonne conduite est moins naturelle.

  8. Grand-Langue dit :

    Je crois que la peur est très efficace. la peur transforme les hommes, paralyse la plupart d’entre nous La peur est un thème qui m’inspire. La peur d’être vu, la peur d’être observé ou entendu est aussi forte que le fait de se savoir regardé.

    Grand-Langue

  9. Eurosix dit :

    @ Djinnzz
    Je ne vous lis plus depuis quelques temps.
    Êtes vous, vous ausi prisonnier du paoptique ?
    Vos articles me manquent beaucoup !
    Amitiés, Eurosix

  10. JeanZ dit :

    Le début de l’ article m’a fait peur, j’ai cru que vous trouviez bien ce système de flicage inhumain. La suite de l’article m’a rassuré…
    Sur le même thème, on peut élargir la réflexion en songeant à la célèbre maxime « mais qui surveille les gardiens? »
    Une réflexion qu’a fait sienne l’auteur du roman graphique d’anticipation Watchmen.
    Le principe des dérives d’un système « trop » sécuritaire est également exposée dans le comics tellement intelligent V pour Vendetta. Un véritable pamphlet et une véritable arme politique qu’a brandie plus tard les célèbres Anonymous ou le collectif des 99% (le fameux masque que tout le monde portait il y a 2 ou 3 ans dans les manifestations)
    Dommage que ce mouvement si prometteur se soit essoufflé d’ailleurs…
    Intéressant de savoir que le début de la réflexion sur ce thème remonte au XVIIIe siècle!

  11. gaelle dit :

    Un article et une théorie très intéressant.
    Nous sommes tous conditionnés sans même le savoir et régulons notre comportement selon des règles préétablies.

    C’est bien d’en avoir conscience, même si c’est la base de toute société (sinon on devient un marginal)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *