La Bible mentionne-t-elle vraiment l’existence des licornes ?

Spritz92

Amateur d'Histoire et de Paris

Vous aimerez aussi...

6 Réponses

  1. Bernard dit :

    Mmmm… La Bible, c’est bien ce livre où les vierges tombent enceintes?
    Où les hommes marchent sur l’eau?
    où la mer rouge s’ouvre en deux?

    Alors franchement, on n’est plus à une licorne près !
    🙂

    • Bruno dit :

      Imbéciles, mécréant ! Blasphème !! Tout ce qui est annoncé par dieu arrive. Ils ont trouvé des squelettes de géant en Egypte. Au lieu de gazé lié le Coran si tu veux être sauvé. Ouvre les yeux aveugle!!
      Je prie pour vous et si tu , vous avez d’être aider contacter moi

    • Shalyka dit :

      Oui c’est bien ce livre mais ce n’est pas qu’un livre, la Bible est bien plus qu’un livre, elle est la Parole du Dieu vivant. Ne pas confondre la Parole avec les religions qui, elles, sont là pour dominer et tromper l’homme et le tenir en « esclavage. » Pourquoi ne pas lire la Bible avant de la juger ? Comme on dit : il ne faut pas juger un livre à sa couverture. La Bible est un trésor il y a toutes les réponses qu’un homme peut se poser quand on sait les voir…..
      http://img.over-blog-kiwi.com/0/53/46/15/20160413/ob_415318_12993421-576882345794462-2809994782472.jpg

  2. Licornusàpattus dit :

    Historique de la licorne à travers les siècles :

    L’unicorne antique
    La croyance en l’existence d’un quadrupède possédant une seule corne apparaît dès le Ve siècle av. J.-C., chez un médecin grec nommé Ctésias. Dans son Histoire naturelle, Pline l’Ancien (30-79) parle ainsi d’un fauve que l’on chasse en Inde : « L’unicorne a le corps du cheval, la tête du cerf, les pattes de l’éléphant et la queue du sanglier. Son mugissement est grave, une corne longue et noire s’élève au milieu du front. On dit qu’il ne peut être attrapé vivant. »

    La licorne de la Bible
    L’autorité de la Bible et des Pères de l’Église a joué un grand rôle dans la persistance de cette croyance. Sans doute à cause d’une traduction erronée d’un terme hébreu, la Vulgate évoque en effet à sept reprises la licorne : elle apparaît à l’origine comme un animal malfaisant et violent. Saint Basile avertit ainsi le croyant : « Prends garde à toi, ô homme, et défie-toi de la licorne, c’est-à-dire du démon, car elle fait aisément le mal et le trame contre les hommes. » Saint Bernard enjoint l’homme de lutter contre ses démons, « la rage du lion, l’impudeur du bouc, la férocité du sanglier, l’orgueil de la licorne ».

    La licorne du Physiologue
    La tradition du Physiologus, modèle antique des bestiaires médiévaux, retient la licorne parmi les quarante-neuf animaux présentés pour l’édification des chrétiens. La licorne est décrite comme « un petit animal, qui ressemble au chevreau, et qui est tout à fait paisible et doux », mais « d’une force telle que les chasseurs ne peuvent l’approcher ». Pour la capturer, il faut utiliser la ruse, en l’attirant dans le sein d’une jeune fille vierge.

    L’Incarnation du Christ
    C’est à partir du XIIe siècle que la licorne revêt un sens positif : l’image de la jeune fille accueillant la licorne dans son sein devient alors le symbole de l’Incarnation du Christ, et l’on retrouve la scène sur des chapiteaux d’église et des vitraux. La mise à mort de la licorne, dont le flanc est percé par la flèche (ou la lance) du chasseur, devient ensuite le symbole de la passion du Christ, qui a été percé au côté lorsqu’il était sur la Croix.

    Licorne symbolique
    Dans son Bestiaire, Pierre de Beauvais rapproche le Christ et la licorne : « Notre Seigneur Jésus-Christ, licorne céleste, descendit dans le sein de la Vierge, et à cause de cette chair qu’il avait revêtue pour nous, il fut pris par les juifs et conduit devant Pilate, présenté à Hérode puis crucifié sur la sainte Croix, lui qui, auparavant, se trouvait auprès de son Père, invisible à nos yeux ; voilà pourquoi il dit lui-même dans les psaumes : « Ma corne sera élevée comme celle de l’unicorne ».

    Pureté et chasteté
    La licorne, que seule une vierge peut approcher, représente la pureté et la chastet. Pour illustrer une version française des Triomphes de Pétrarque, l’enlumineur représente le char triomphal de Chasteté tiré par deux fières licornes, emblèmes de virginité.

    La Dame à la licorne
    Le motif de la dame seule à la licorne est très fréquent dans la poésie lyrique et dans l’art : miniatures, ivoires, et surtout tapisseries – dont la très célèbre Dame à la Licorne conservée à Paris au Musée national du Moyen Âge. Il est considéré comme une allégorie des cinq sens ou de l’élévation de l’âme.

    Un symbole courtois
    « C’est l’unicorne que l’on occit au giron de la pucelle en dormant »
    Dans le Bestiaire d’Amours de Richard de Fournival, la licorne devient un symbole courtois. Réfugié au sein de la femme tenant à la main un miroir, l’homme endormi, identifié à la licorne, se laisse prendre au piège de l’amour.

    La licorne dans l’héraldique
    Le artistes médiévaux représentent le plus souvent la licorne comme un petit cheval, aux sabots fendus comme ceux d’une chèvre, à la barbiche blanche, et portant une longue corne d’or torsadée. C’est sous cette apparence qu’elle entre dans l’héraldique à partir du XIVesiècle. Blasonné dans l’Armorial de la Toison d’Or, on la retrouve portée en cimier dans le portrait équestre des frères Lannoy.

    Purification de l’eau
    C’est au XIVe siècle qu’apparaît la légende selon laquelle la licorne a la propriété de purifier l’eau en y trempant sa corne. On voit dès lors se multiplier les scènes associant licorne et fontaine, ou rivière. Parfois, les enlumineurs réunissent dans une même miniature les deux légendes de la dame à la licorne et de la purification des eaux. Ici c’est près d’une fontaine que l’artiste a choisi de faire figurer l’animal merveilleux qui baisse la tête pour permettre à sa corne d’atteindre l’eau.

    Licornes orientales
    Plusieurs récits de voyages des XIIIe et XIVe siècles semblent confirmer l’existence des licornes aux confins orientaux du monde : c’est aussi à cette époque que commencent à circuler de prétendues cornes de licorne, dont la poudre passait pour avoir des propriétés médicinales, notamment contre l’épilepsie, voire aphrodisiaques. En réalité, ce sont le plus souvent des dents de narval dont le commerce a sans doute contribué à renforcer la légende.

    La licorne de Marco Polo
    « Les habitants de Sumatra ont éléphants et unicornes aussi, qui ne sont pas plus grandes qu’un éléphant. Et elles ont le poil comme celui du buffle, et les pieds comme ceux des éléphants, et une corne au milieu du front, blanche et très grosse. Et elles ne font aucun mal avec leur corne, mais avec leur langue, car elles ont la langue chargée de grandes et longues épines. Et elles ont une tête semblable à celle du sanglier, et la portent toujours inclinée vers la terre. Elles demeurent habituellement près des lacs et des marais. C’est une bête très laide à voir, et elle ne se prend pas au sein d’une pucelle comme nous le disons, bien au contraire. »

  3. Emyline dit :

    Hello,
    c est aussi un symbole d’illumination, chez les initiés ( les fans d’alchimie entre autres). Rapport au 3oeil, tout ca … Ca traduit en partie une volonté de mal traduire (… haha …) car si on sait traduire de l hebreu au latin, alors les mecs du Moyen Age aussi). La Bible est un livre très très très (encore un, c’est kdo : très 🙂 ésotérique avec codage du langage sur plusieurs niveaux, donc les super gens qui ont traduit avaient pleinement conscience de ce qu’ils imposaient aux inconscients (des) lecteurs et le meilleur moyen de faire passer des idées en douce c’est de ne pas en parler et de « juste » les placer dans le discours ou de prétendre qu’on a confondu buffle, rhinoceros et licorne (c’est vrai, qu’est ce qu’il en savaient, au Moyen Age il parait que les mecs jetaients leur déchets par les fenêtres ? C’etait forcement une époque de gros débiles … :D). Quant au dessin … Oui ils ont de sacrées private joke … ++

  4. Shalyka dit :

    Dans Deutéronome 33/ 17 il est dit « …comme LES corneS d’UNE licorne… » je suppose donc que la licorne dont on parle ici à au moins 2 cornes. Quand pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *